Marine Le Pen avance d'un jour son déplacement à l'île de Sein

  • A
  • A
L'annonce de la visite de Marine Le Pen à Sein avait provoqué l'indignation du maire et des habitants de l'île
L'annonce de la visite de Marine Le Pen à Sein avait provoqué l'indignation du maire et des habitants de l'île © AFP
Partagez sur :
Face à la contestation des habitants, Marine Le Pen a avancé d'une journée son déplacement sur l'île de Sein, prévu pour célébrer l'appel du 18 juin du général de Gaulle.

Marine Le Pen est venue mercredi sur l'île de Sein, avançant d'un jour son déplacement prévu pour célébrer l'appel du 18 juin du général de Gaulle, a constaté un photographe de l'AFP.

L'annonce de sa visite avait provoqué l'indignation

Accompagnée du président du groupe RN à la région Bretagne, Gilles Pennelle, la présidente du Rassemblement national s'est rendue dans l'après-midi au monument des Forces navales Françaises Libres de l'île. L'annonce de sa visite à Sein avait provoqué l'indignation du maire et des habitants, contraints d'abréger les célébrations prévues. Des actions de protestation étaient prévues jeudi matin à Audierne dans le Finistère, d'où elle devait embarquer pour l'île, mais aussi à Sein.

"Elle a pensé prendre tout le monde de court"

La présidente du RN devait initialement se rendre jeudi matin sur l'île pour y célébrer le jour même le 80e anniversaire de l'appel du général de Gaulle à combattre l'Allemagne nazie. "Il semblerait qu'aux alentours de 15h15 elle ait quitté Camaret avec un zodiac", a indiqué  le maire de l'île Didier Fouquet (sans étiquette). "C'est encore un coup de Marine Le Pen qui aime bien faire parler d'elle", a-t-il réagi. "Elle a peut-être eu peur que l'accueil à l'île de Sein soit froid et elle a pensé prendre tout le monde de court", a-t-il ajouté.

La venue de Marine Le Pen a perturbé la cérémonie officielle initialement prévue sur l'île, qui se tiendra "en comité restreint" jeudi matin au lieu de célébrations plus larges "toute la journée avec un bagad, une goélette de la marine et un certain nombre d'officiels", avait regretté lundi Didier Fouquet. 

En 1940, plus d'une centaine de Sénans se sont rendus par bateaux en Grande-Bretagne après avoir entendu l'appel de Londres puis appris l'ordre des Allemands sur le continent de se rendre. Ils y formeront les premières unités des Forces navales libres.