Macron : les CAF auront des "prérogatives pour prélever les pensions alimentaires impayées"

, modifié à
  • A
  • A
Emmanuel Macron s'est exprimé lors d'une conférence de presse inédite, jeudi.
Emmanuel Macron s'est exprimé lors d'une conférence de presse inédite, jeudi. © AFP
Partagez sur :
"On ne peut pas faire reposer sur des mères l'incivisme de leurs anciens conjoints", a estimé le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse inédite, jeudi. 

Emmanuel Macron a souhaité jeudi que les caisses d'allocations familiales (CAF) aient la "prérogative pour prélever les pensions alimentaires familiales" et ainsi aider les familles monoparentales. "Ces fameuses familles monoparentales sont souvent ces mères vivant seules", a souligné devant la presse le président de la République, estimant qu'"on ne peut pas faire reposer sur des mères l'incivisme de leurs anciens conjoints".

"Construire des droits" pour les aidants familiaux

Le chef de l'Etat a également évoqué le cas des aidants familiaux, estimant qu'"il y a des millions de nos concitoyens qui sont là aussi comme oubliés" évoquant "celles et ceux, souvent les femmes, qui ont mis entre parenthèses ou sacrifié leur vie professionnelle pour s'occuper d'un enfant en situation de handicap, d'un proche, une personne de la famille devenue dépendante". "Nous devons les reconnaître, les nommer, mais aussi dans nos politiques publiques leur bâtir une place pendant la réforme des retraites et leur construire des droits", a poursuivi Emmanuel Macron. 

Au cours de son discours prononcé devant 320 journalistes réunis à l'Elysée, le chef de l'Etat a présenté les premiers enseignements du grand débat qu'il avait lancé le 15 janvier pour répondre à la crise sociale née en novembre avec le mouvement des "gilets jaunes".