Macron célèbre l'Appel du 18 juin avec l'un des derniers Compagnons de la Libération

, modifié à
  • A
  • A
Emmanuel Macron a salué mardi Hubert Germain, né en août 1920 et qui est l'un des quatre Compagnons de la Libération encore en vie.
Emmanuel Macron a salué mardi Hubert Germain, né en août 1920 et qui est l'un des quatre Compagnons de la Libération encore en vie. © AFP
Partagez sur :
Âgé de 98 ans, Hubert Germain est l'un des quatre Compagnons de la libération encore en vie. 

Emmanuel Macron a célébré mardi au Mont-Valérien, à Suresnes, dans les Hauts-de-Seine, le 79ème anniversaire de l'Appel du 18 juin en compagnie de l'un des quatre des derniers Compagnons de la Libération, Hubert Germain, âgé de 98 ans.

En présence d'anciens combattants et de nombreux enfants, le chef de l'État a assisté aux commémorations de l'Appel lancé en 1940 par le général de Gaulle et s'est recueilli dans la crypte aux victimes du nazisme en étant accompagné, pour la première fois, de deux arrières-petits-enfants de combattants de la 2ème Guerre mondiale.

Le dernier d'entre eux sera inhumé au Mont-Valérien

Hubert Germain, né en août 1920, est l'un des quatre Compagnons de la Libération encore en vie, sur les 1.038 qui avaient été distingués pour leur engagement au sein de la France libre pendant l'Occupation allemande. Les trois autres sont Daniel Cordier, Pierre Simonet et Edgard Tupët-Thomé. Il est prévu que le dernier d'entre eux qui décédera sera inhumé au Mont-Valérien, le principal lieu d'exécution de résistants et d'otages par l'armée allemande durant la Seconde guerre mondiale. Charles de Gaulle y a inauguré en 1960 le Mémorial de la France combattante.

Anciens combattants, enfants et salutations

À l'issue de la cérémonie, en présence notamment de la ministre des Armées Florence Parly et de la secrétaire d'État aux Anciens combattants Geneviève Darrieussecq, Emmanuel Macron a salué pendant près d'une heure de nombreux anciens combattants, invités et enfants. L'an dernier, il avait à cette occasion sèchement recadré un jeune qui l'avait appelé "Manu".