VIDÉO - "Tu m'appelles Monsieur le président" : Emmanuel Macron recadre un adolescent

, modifié à
  • A
  • A
macronjeune 1280
Le président de la République Emmanuel Macron en plein dialogue, lundi au Mont Valérien, avec le jeune homme portant veste noire et chemise à carreaux bordeaux, qui vient de l'appeler "Manu". Capture d'écran. © LCI.
Partagez sur :
Lors d'une cérémonie de commémoration du 18 juin, lundi, un jeune garçon s'est amusé à appeler Emmanuel Macron "Manu". Ce qui n'a pas du tout plu au chef de l'État. 
VIDÉO

Les familiarités, très peu pour lui. Emmanuel Macron a sèchement recadré un adolescent, lundi, lors d'une cérémonie de commémoration du 18 juin 1940 au Mont Valérien. 

Alors que le président de la République saluait plusieurs jeunes attroupés derrière des barrières, l'un d'entre eux, après avoir entonné les premiers mots de l'Internationale, s'est amusé à apostropher l'hôte de l'Élysée d'un "ça va Manu" ? Mais le jeune homme a été immédiatement repris par Emmanuel Macron. "Non, non", a-t-il rétorqué, alors que le jeune garçon, semblant vite regretter cette familiarité, s'excusait : 'désolé monsieur le président". 

"Tu te comportes comme il faut". "Tu es là dans une cérémonie officielle. Tu te comportes comme il faut", poursuit alors Emmanuel Macron. "Tu peux faire l'imbécile. Mais aujourd'hui c'est la 'Marseillaise', et le 'Chant des Partisans'. Tu m'appelles 'Monsieur le président de la République' ou 'Monsieur'". 

"Tu fais les choses dans le bon ordre", a également insisté le chef de l'État, ne voulant manifestement pas en rester là. "Si un jour tu veux faire la révolution, tu apprends d'abord à avoir un diplôme et à te nourrir toi-même d'accord ? Et à ce moment là tu iras donner des leçons aux autres". 

Un peu plus tard dans la journée, et face à la viralité de la séquence, Emmanuel Macron a fini par diffuser lui-même l'extrait sur son compte Twitter. Le président de la République en a profité pour rappeler que le respect est "un minimum (...) surtout un 18 juin, surtout en présence des compagnons de la libération". Avant d'ajouter : "Mais cela n’empêche pas d'avoir une conversation détendue". 

Europe 1
Par Europe1.fr