LR : à Brive, Valérie Pécresse joue la carte du rassemblement

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Valérie Pécresse s'est posée en garante du rassemblement de la droite, lors de la rentrée politique de son mouvement Libres!, vendredi, à Brive-la-Gaillarde.
REPORTAGE

Après le gouvernement, l'opposition fait sa rentrée. Chez Les Républicains, c'est chacun chez soi. Comme chaque année, Laurent Wauquiez gravira le Mont Mézenc, dimanche, en Auvergne. Vendredi, sa meilleure ennemie Valérie Pécresse retrouvait elle ses soutiens en Corrèze, à Brive-la-Gaillarde.

Macron visé plutôt que Wauquiez. C'est sous un ciel gris, sur les hauteurs de Brive, que la présidente de la région Île-de-France a promis de redonner des couleurs à la droite. Pas question aujourd'hui de polémiquer frontalement avec Laurent Wauquiez. Avec son mouvement Libres!, associé à LR mais ouvert aux non-adhérents du parti, elle a plutôt choisi de s'attaquer à Emmanuel Macron, stigmatisant sa "défiance injustifiée et contre-productive à l'égard des élus locaux", et évoquant des "comportements et pratiques à l'ancienne", quelques semaines après l'éclosion de l'affaire Benalla.

"L'addition plutôt que la division". Tables rondes, discours devant environ 300 personnes, dont une trentaine de parlementaires, et messages vidéo de soutien envoyés par Xavier Bertrand et Gérard Larcher étaient au programme. Le maire de Nice Christian Estrosi avait carrément fait le déplacement pour dire tout le bien qu'il pense de Valérie Pécresse. "Si nous ne savons pas additionner toutes les chapelles, nous ne construirons pas la grande cathédrale de la droite et du centre que beaucoup de nos électeurs attendent de notre part", a-t-il prophétisé au micro d'Europe 1, préférant, dans une nouvelle formule, "l'addition à la division".

Les sympathisants pointent les différences. Les sympathisants présents à Brive, eux, distinguent sans langue de bois les différences très nettes entre Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez : l'une d'entre eux insiste notamment sur "la volonté de rassemblement (de Valérie Pécresse) avec des gens qui sont à droite et qui parfois ne se reconnaissent pas en Laurent Wauquiez, mais voient en elle cette alternative possible contre Emmanuel Macron". Et un vieux militant corrézien d'enfoncer le clou : "Nous, ce qu'il nous faut, c'est l'UMP à la Chirac", l'union du centre et de la droite. "Sinon, on n'a pas fini de prendre des vestes."

Une rentrée chargée à LR. Dimanche, Laurent Wauquiez devrait prononcer un discours offensif face au chef de l'État, lors de sa traditionnelle ascension du Mont-Mézenc, dans son fief de Haute-Loire. Parmi les autres évènements de cette rentrée de LR, une université d'été se tiendra le 1er septembre à la Baule, ainsi qu'un campus les 8 et 9 septembre au Touquet, dans le Pas-de-Calais. Force Républicaine, présidé par le chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau, se réunira le 8 septembre. Le numéro 3 du parti Guillaume Peltier organise quant à lui sa traditionnelle fête de la Violette en Sologne, le 22.

Europe 1
Par Stéphane Place, édité par Thibauld Mathieu avec AFP