Le départ de Nicolas Hulot, "un électrochoc dont on doit tirer les leçons"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Pascal Canfin, ancien secrétaire d’État EELV et patron du WWF France, a dénoncé au micro de Wendy Bouchard sur Europe 1 jeudi, l'organisation de l'État après la démission du ministre de la Transition écologique et Solidaire deux jours plus tôt.
INTERVIEW

Deux jours après la démission de Nicolas Hulot du ministère de la Transition écologique et Solidaire, Pascal Canfin, ancien secrétaire d’État EELV et patron du WWF France, et dont le nom circule pour remplacer le ministre démissionnaire, a réagi jeudi au micro de Wendy Bouchard sur Europe 1. 

Un changement nécessaire d'organisation de l'État. "J'étais très proche de Nicolas Hulot donc je sais ce qu'il a enduré en quelque sorte pendant cette année", rappelle-t-il. "Et ma conviction, c'est que son départ est un électrochoc dont on doit tirer les leçons. Quelle que soit la personnalité qui occupe cette fonction - et Nicolas Hulot était le plus populaire, le plus connu et on ne peut pas faire mieux -, si l'organisation de l'État ne change pas, alors c'est la chronique d'un naufrage annoncé pour qui que ce soit", explique Pascal Canfin, qui précise par ailleurs être "très bien à la tête du WWF". 

>> De 9h à 11h, c’est le tour de la question avec Wendy Bouchard. Retrouvez le replay de l’émission ici

Un appareil d'État qui ne peut traiter des questions écologiques. "La balle est dans le camp d'Emmanuel Macron. Veut-il faire une transformation profonde de l'organisation de l'État, comme on en a vécu deux autres : la construction européenne et la décentralisation au début des années 1980. Aujourd'hui Emmanuel Macron a quelques jours pour opérer cette transformation dans l'appareil d'État qui n'est pas organisé pour traiter des questions comme le plastique dans les océans, de dérèglement climatique, la perte de la nature partout dans le monde."

Europe 1
Par Marthe Ronteix