La maire d'Aix-en-Provence condamnée en appel à six mois avec sursis et un an d'inéligibilité

  • A
  • A
L'élue des Bouches-du-Rhône était jugée en appel pour la promotion jugée indue de son chauffeur, et l'embauche à la CPA d'une collaboratrice.
L'élue des Bouches-du-Rhône était jugée en appel pour la promotion jugée indue de son chauffeur, et l'embauche à la CPA d'une collaboratrice. © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Partagez sur :
Jugée en appel pour détournement et prise illégale d'intérêts, la maire LR d'Aix-en-Provence, Maryse Joissains-Masini, a vu mardi sa peine allégée mais compte toutefois se pourvoir en cassation.

La maire LR d'Aix-en-Provence Maryse Joissains-Masini a été condamnée mardi par la cour d'appel de Montpellier à six mois de prison avec sursis et un an d'inéligibilité pour détournement et prise illégale d'intérêts.

Peine allégée avant un éventuel pourvoi en cassation

La cour d'appel a considérablement allégé la peine prononcée en première instance contre Maryse Joissains-Masini, qui était d'un an de prison avec sursis et 10 ans d'inéligibilité, une peine correspondant aux réquisitions de l'avocat général en appel. La maire est ainsi privée de ses droits civils et civiques pour un an, ce qui touche sa capacité à voter et la frappe également d'inéligibilité, a précisé mardi le président de la cour.

Dans un communiqué, les avocats de l'élue, maire d'Aix et présidente de la Communauté d'agglomération du pays d'Aix (CPA) depuis 2001, députée de 2002 à 2012, ont annoncé leur intention de se pourvoir en cassation : "Il n'y a dans ce dossier aucun délit constitué et (...) cette peine est par conséquence non justifiée ni en fait ni en droit", écrivent Mario Stasi et Sophie Obadia.

Maryse Joissains, dont le mandat à la tête d'Aix-en-Provence, s'achèvera en mars 2020 fait par ailleurs savoir "que cette décision judiciaire reste sans incidence sur son choix de se représenter ou non aux prochaines élections".

Jugée pour favoritisme

L'élue des Bouches-du-Rhône était jugée en appel pour la promotion jugée indue de son chauffeur, Omar Achouri, et l'embauche à la CPA d'une collaboratrice, Sylvie Roche, chargée de la protection animale alors que ce domaine ne relevait pas des compétences de cette collectivité.

"Cette affaire est une illustration du comportement de nombreux élus qui sont de plus en plus dénoncés, à l'image de MM. Fillon ou Cahuzac", avait notamment lancé le 13 mars dans son réquisitoire Georges Gutierrez. Pour l'avocat général, Omar Achouri était au cœur du "clientélisme, cette politique de petits services" de Maryse Joissains-Masini. L'élue avait de son côté vanté sa gestion tout au long de l'audience, refusant de laisser son nom associé à ceux de "voyous de la République". Comme en première instance, Maryse Joissains-Masini avait défendu bec et ongles son "pouvoir souverain" de nommer des "collaborateurs de cabinet", l'avocat général y voyant lui une "conception autocratique" du pouvoir.

La promotion du chauffeur, distingué par Maryse Joissains-Masini alors qu'il figurait à la 43ème place sur une liste dressée par l'ordre de mérite, avait été définitivement annulée par le Conseil d'État, qui a estimé que l'élue avait "commis une erreur manifeste d'appréciation de la valeur et de l'expérience professionnelle" de l'intéressé.