"Je tenais à m'incliner devant la tombe de M. Chirac" : les visites se succèdent au cimetière Montparnasse

, modifié à
  • A
  • A
Sur la tombe de Jacques Chirac, au cimetière Montparnasse
Sur la tombe de Jacques Chirac, au cimetière Montparnasse © Philippe LOPEZ / AFP
Partagez sur :
Depuis lundi, les visiteurs sont nombreux à venir poser une fleur, une bougie ou même une pomme sur la tombe de l'ancien président. 
REPORTAGE

Les hommages à Jacques Chirac continuent. Depuis ses funérailles lundi dernier, les anonymes défilent au cimetière du Montparnasse pour saluer une dernière fois sa mémoire. "C'est pas un esprit de voyeuriste, c'est un hommage à quelqu'un qui a marqué notre histoire."

"Qu'il y ait autant de fleurs, c'est bien normal"

Christian était venu avec sa femme, Anne, nettoyer la tombe d'un proche. Le couple de retraités en a profité pour faire un détour par celle de Jacques Chirac. Ils voulaient le remercier de ce qu'il a fait pour la ville de Paris, expliquent-ils. "Je tenais à venir m'incliner devant la tombe de M. Chirac. Qu'il y ait autant de fleurs, c'est bien normal", affirme Anne. "C'est à l'image du personnage, et de ce qu'il représente au niveau parisien, français, et même mondial", renchérit son mari.

Ils ne sont en effet pas les seuls à être passés se recueillir. Depuis lundi, les bouquets s'accumulent sur la tombe en marbre blanc, au milieu des plaques commémoratives, des bougies et même des pommes, clin d’œil à l'ancien président.

"Merci monsieur le Président"

À l'entrée du cimetière, deux registres de condoléances sont à la disposition des visiteurs. "Merci monsieur le Président, merci pour tout', peut-on y lire. Jean-François vient tout juste d'y laisser un mot. Ee n'est pas la première fois qu'il rend hommage à un ancien chef d'Etat. "Je suis allé à Colombey-les-Deux-Eglises, et sur la tombe de Mitterrand, en Charentes. Je ne pouvais pas ne pas passer aussi chez monsieur Chirac", raconte-il. 

D'après un employé du cimetière Montparnasse, on devrait compter plus de 10.000 passages devant la tombe de l'ancien président d'ici la fin du week-end.

Europe 1
Par Sophie Eychenne, édité par Laetitia Drevet