Incarcération de Lula : Mélenchon dénonce "un coup d‘État judiciaire"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le fondateur de La France insoumise a voulu dénoncer au micro d'Europe 1 les manipulations de la droite brésilienne, à l'origine selon lui de l'incarcération de l'ancien président de la république, condamné pour corruption.
INTERVIEW

L’ancien président du Brésil Lula, candidat à la prochaine élection, a été incarcéré cette nuit après avoir été condamné à purger une peine de plus de douze ans de prison pour corruption. "Lula n’a jamais été corrompu", a déclaré dimanche Jean-Luc Mélenchon au micro du Grand Rendez-vous d’Europe 1/Cnews/Les Échos. "On l’accuse d’avoir un triplex. C’est ne rien connaître de la vie de Lula, et de l’idée qu’il se fait de lui-même de croire qu’il puisse être acheté avec un appartement", a-t-il estimé.

"C’est un coup d'État judiciaire", dénonce Jean-Luc Mélenchon, qui accuse la droite brésilienne de vouloir faire disparaître le menace électorale que représente pour elle le Parti des travailleurs. "Ce n’est pas de justice dont nous parlons, c’est d’une bande de voyous qui défendent les intérêts de la droite brésilienne et, ne sachant comment se débarrasser du pouvoir du Parti des travailleurs et de Lula, a d’abord fait démettre la présidente Dilma Rousseff, sur la base d’une accusation lancée par quelqu’un qui, aujourd’hui, est en prison parce que lui-même est corrompu. Cette femme n’a jamais été corrompue !", assure le député des Bouches-du-Rhône.

Un complot piloté par les États-Unis ? Jean Luc Mélenchon dénonce également la mainmise, selon lui, des États-Unis - qu’il appelle "l’empire" - sur la vie politique en Amérique du Sud. "C’est toujours en Amérique latine que l’empire teste ses méthodes de combat, que l’on retrouve parfois en Europe", avance-t-il. "Dans tous les pays, ils déclenchent des opérations de cette nature. On voit d’ailleurs les ambassadeurs des USA, qui sont des espèces de pro-consuls qui dirigent la manœuvre."

Un symbole contre la pauvreté. "Imaginez-vous, Lula avait plus de 15 points d’avance sur tous ses concurrents dans les sondages. Ils ont trouvé la réplique : le foutre en tôle. C’est une situation horrible", déplore Jean-Luc Mélenchon. "Il arrive un âge où on cesse d’être soi-même, et où on devient un symbole. Lula est le symbole de la pauvreté vaincue au temps où il était président de la république", conclut-il.