"Gilets jaunes" : "Nous serons sans merci avec les casseurs", affirme Nicole Belloubet

  • A
  • A
© AFP
Partagez sur :
En marge de la commémoration des attentats de Trèbes, la ministre de la Justice a envoyé un message de fermeté vis à vis des casseurs devant les forces de l'ordre.

La ministre de la Justice Nicole Belloubet a promis samedi d'être "sans merci avec les casseurs" lors de l'acte 19 des gilets jaunes, dans un discours prononcé en marge de la commémoration des attentats djihadistes ayant fait quatre morts dans l'Aude le 23 mars 2018.

"Leur seule revendication, c'est la violence". La garde des Sceaux a lancé cet avertissement en évoquant face à des officiels et représentants des forces de l'ordre réunis dans la caserne Iéna de Carcassonne "les troubles qui agitent le pays depuis novembre". "Quand des casseurs vous agressent, vous attaquent, la France est avec vous", a-t-elle lancé à l'adresse notamment des policiers, gendarmes et CRS déployés dans la cour de la caserne. "Nous serons sans merci pour les casseurs (....) Ce que veulent ces gens, ce n'est pas le dialogue, leur seule revendication c'est la violence", a-t-elle ajouté. "Les manifestants pacifiques doivent prendre leurs distances" avec ces fauteurs de trouble, a-t-elle aussi préconisé.

Entretien avec la famille Beltrame. La ministre devait être rejointe en fin de matinée à Trèbes, seconde étape de l'hommage aux victimes des attentats, par le Premier ministre Edouard Philippe. Avant de remettre la médaille de la sécurité intérieure à une trentaine de gendarmes, policiers, sapeurs-pompiers et bénévoles d'associations, elle a rencontré dans la matinée la famille du lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame, tué par l'assaillant, Radouane Lakdim, à qui il s'était livré contre la libération d'une otage.

Le 23 mars 2018, Radouane Lakdim, âgé de 25 ans, entamait son parcours meurtrier en volant une voiture à Carcassonne dont il avait abattu le passager et blessé le conducteur par balle. Il avait ensuite tiré sur des CRS revenant d'un jogging, en blessant un, avant d'entrer dans un supermarché Super U à Trèbes où il avait tué un boucher, et un client, puis blessé mortellement Arnaud Beltrame. L'auteur de ces attaques, revendiquées par le groupe Etat islamique (EI), avait ensuite été abattu dans l'assaut donné par des gendarmes de l'antenne du GIGN de Toulouse.