"Gilets jaunes" : Mélenchon "douloureusement surpris" que LREM "utilise" l'attaque de Strasbourg

, modifié à
  • A
  • A
Jean-Luc Mélenchon affirme ne pas vouloir "récupérer" le mouvement des "gilets jaunes".
Jean-Luc Mélenchon affirme ne pas vouloir "récupérer" le mouvement des "gilets jaunes". © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :
Le chef de file de la France insoumise s'est agacé jeudi des appels au sein du gouvernement et de la majorité à ne pas manifester samedi lors d'une nouvelle journée de mobilisation des "gilets jaunes". 

Le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, s'est dit jeudi "douloureusement surpris" que, selon lui, "certains à LREM utilisent" l'attaque de Strasbourg "pour peser" sur les "gilets jaunes" et les appeler à ne pas manifester samedi pour raisons de sécurité.

"Nicole Belloubet sort complètement de son rôle". Il a en particulier ciblé Nicole Belloubet, la ministre de la Justice qui, mercredi, avait estimé que compte tenu de l'"événement dramatique" de Strasbourg et des "réponses apportées par le président de la République" aux revendications des "gilets jaunes", "le mouvement (devait) cesser".

"Nicole Belloubet sort complètement de son rôle", a affirmé Jean-Luc Mélenchon dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, en demandant : "Quel rapport entre le tueur de Strasbourg et le mouvement des 'gilets jaunes'? Aucun. Si on commence à céder à un assassin en modifiant toute notre vie, c'est lui qui a gagné".

Pour Mélenchon, c'est aux "gilets jaunes" de décider. "Je suis douloureusement surpris de voir que certains à LREM utilisent immédiatement l'abominable événement de Strasbourg pour peser sur le mouvement", a-t-il ajouté, alors que ce sont les "gilets jaunes" "qui vont décider" d'éventuelles manifestations samedi.

"Moi, je n'ai aucun rôle ni aucun pouvoir dans ce mouvement et ne souhaite pas en avoir", dit-il, ajoutant cependant que, "pour sa part", il "refus(ait) d'entrer dans le jeu qui veut qu'au nom de l'événement de Strasbourg, on demande aux 'gilets jaunes' de renoncer à quoi que ce soit".

Jean-Luc Mélenchon avait affirmé samedi qu'il souhaitait non pas "récupérer" mais "être récupéré" par le mouvement.