Européennes : "On ne cache évidemment pas" Nathalie Loiseau, assure son directeur de campagne

, modifié à
  • A
  • A
Stéphane Séjourné estime que Nathalie Loiseau subit des critiques "très injustes". 1:27
Stéphane Séjourné estime que Nathalie Loiseau subit des critiques "très injustes". © Europe 1
Partagez sur :
Au micro d'Europe 1, jeudi, le directeur de campagne de La République en marche pour les élections européennes, Stéphane Séjourné, estime par ailleurs que les critiques à l'égard de Nathalie Loiseau sont "très injustes".
INTERVIEW

Présence sur une liste étudiante d'extrême droite, jour du scrutin transformé en "D-Day", "blitzkrieg positif" pour mobiliser les électeurs… Depuis le début de la campagne des européennes, Nathalie Loiseau a suscité plusieurs polémiques avec ce qu'elle considère elle-même comme "des maladresses".

>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Mais la présence accrue d'Édouard Philippe et d'Emmanuel Macron dans la dernière ligne droite ne signifie pas que la tête de liste est mise de côté, selon son directeur de campagne. "On ne la cache pas, évidemment", assure Stéphane Séjourné, invité d'Europe 1, jeudi soir.

"On continue à croire en elle"

"On est très injuste mais c'est normal puisque c'est la liste qui est en tête, donc qui catalyse le plus de critiques", évacue l'ancien conseiller d'Emmanuel Macron à l'Élysée, devenu le directeur d'une campagne que certains observateurs et macronistes trouvent poussive, avec une dynamique plus forte du côté du Rassemblement national dans les sondages. "On a choisi Nathalie Loiseau et on continue à croire en elle parce que c'est elle qui assumera les responsabilités au niveau européen", poursuit Stéphane Séjourné.

Ces derniers jours, l'exécutif s'est engagé de manière plus visible dans la campagne des européennes : Édouard Philippe a accompagné Nathalie Loiseau dans un meeting à Caen lundi et sera à ses côtés samedi, pour une réunion publique à Strasbourg, ville du Parlement européen. De son côté, Emmanuel Macron a dit vouloir mettre "toute son énergie" pour que le RN "ne soit pas en tête" au soir du 26 mai. "Les sorties du président font aussi commencer la campagne", estime Stéphane Séjourné, démentant le fait qu'il soit le véritable leader de cette campagne.

Europe 1
Par Thibaud Le Meneec