Démission de Nicolas Hulot : Rugy "regrette" mais insiste sur "la nécessité de l'action"

  • A
  • A
François de Rugy affirme comprendre la lassitude de Nicolas Hulot.
François de Rugy affirme comprendre la lassitude de Nicolas Hulot. © LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :
Le président de l'Assemblée nationale et ancien membre d'EELV déplore que le ministre ait été pris "entre le feu roulant des perpétuels procès en trahison", et celui "des oppositions au changement venant des lobbys". 

Le président de l'Assemblée François de Rugy a "regretté" mardi la démission de Nicolas Hulot du gouvernement, estimant que dans le domaine de l'écologie "on ne peut plus se dérober devant la nécessité de l'action".

"Je respecte la décision de Nicolas Hulot même si je la regrette. Je salue son action depuis 15 mois au sein du gouvernement pour enclencher des transformations écologiques profondes : plus que jamais, celles-ci doivent être accomplies avec engagement, persévérance et détermination", écrit-t-il sur son compte Facebook, alors que son nom circule pour succéder à Nicolas Hulot.

Il faut "la possibilité d'agir dans la durée". "Pris entre le feu roulant des perpétuels procès en trahison et le feu non moins roulant des oppositions au changement venant des lobbys et des conservateurs de tous poils, il a pu se lasser, ce qui peut se comprendre", analyse l'ancien co-président du groupe écologiste à l'Assemblée.

"Celui ou celle qui lui succédera à cette difficile responsabilité devra justement avoir pour lui la possibilité d'agir dans la durée", estime-t-il.

"L'écologie, cela ne peut pas être que des grands discours d'analyse, de dénonciation ou même de propositions mais bien de l'action, encore de l'action et toujours de l'action", martèle le président de l'Assemblée, depuis toujours chantre d'une écologie "réformiste". "On ne peut plus se dérober devant la nécessité de l'action", conclut-il.