Brexit : Emmanuel Macron salue le "meilleur compromis possible"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
À l'issue d'un Conseil européen extraordinaire au cours duquel les 27 se sont mis d'accord pour un report de six mois du Brexit, Emmanuel Macron s'est réjoui de la date fixée.

Le président français Emmanuel Macron a salué l'accord des 27 à Bruxelles sur le report du Brexit au 31 octobre comme "le meilleur compromis possible", qui a "permis de préserver l'unité des 27".

"Une date clé". "La butée du 31 octobre nous protège" car c'est "une date clé, avant l'installation d'une nouvelle Commission" européenne, a expliqué le chef d'État français. Il s'exprimait à l'issue d'un Conseil européen extraordinaire au cours duquel les 27 se sont mis d'accord, après plusieurs heures de difficiles tractations, pour ce report de six mois du Brexit, qui avait déjà été reporté du 29 mars au 12 avril. "Il y a eu des sensibilités différentes" parmi les 27, dont une bonne partie souhaitaient "une extension longue", de l'ordre d'un an, a reconnu Emmanuel Macron.

 

Une "fermeté" assumée. Le chef de l'État a indiqué "assumer" ce "rôle de clarté" et de "fermeté", en soulignant qu'il n'aurait pas "été logique" de "donner une extension longue" aux Britanniques. Il s'agit, a-t-il expliqué, de "respecter le vote britannique" en faveur d'une sortie de l'Union européenne, et "de ne pas entraver le bon fonctionnement de l'UE". L'Élysée a précisé que sa position de fermeté avait été soutenue par la Belgique, le Luxembourg, l'Espagne et Malte.

Quid des élections européennes ? Selon le président français, la décision de participer ou non aux élections européennes du 26 mai "appartient aux Britanniques", mais il serait "baroque" de le faire tout en organisant le Brexit. En arrivant au Conseil, Emmanuel Macron avait prévenu qu'une extension longue du Brexit n'était "pas acquise" et que le temps des décisions était "maintenant". "Nous devons comprendre aujourd'hui pourquoi cette demande, quel est le projet politique qui la justifie et quelles sont les propositions claires."

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP