Attaque au couteau à Paris : "le risque zéro n’existe pas mais les Français veulent être protégés", somme Xavier Bertrand

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le président de la Région des Hauts-de-France a appelé dimanche, sur "le Grand Rendez-vous", l'exécutif à faire plus pour protéger les Français du terrorisme. 

INTERVIEW

"Il faut renforcer encore et encore" : au lendemain d’une attaque au couteau à Paris, qui a fait un mort, Xavier Bertrand, président de la Région des Hauts-de-France, a appelé l’État à mettre plus de moyens pour renforcer la sécurité des Français. "On n’est jamais assez protégé, le risque zéro n’existe pas", a reconnu Xavier Bertrand dimanche dans le Grand Rendez-vous d’Europe 1.

"Relever les défis posés par l'islamisme radical". "On doit faire le maximum pour que nos enfants vivent en liberté et en sécurité", a ajouté l’élu sans étiquette, ex-LR, sommant l’exécutif à faire plus pour combattre le terrorisme. "Il faut que le président et le gouvernement aient une parole forte et un acte fort concernant l’autorité de l’État. Il faut aussi une parole et des actes forts pour expliquer comment on va relever les défis posés par l’islamisme radical", estime Xavier Bertrand, qui appelle à lutter "en amont contre les foyers qui conduisent à la radicalisation et à l'extrémité du terrorisme".

"C'est un coût pour les finances publiques". Xavier Bertrand veut notamment agir sur la radicalisation dans les prisons, condamner la consultation des sites djihadistes, recruter plus de "profilers" pour détecter en amont les passages à l’acte isolé, donner plus de moyens humains et technologiques aux forces de police et de renseignements ou encore interdire les structures salafistes "qui professent la haine de la France". "C’est un coût pour les finances publiques mais la sécurité doit être une priorité de chaque instant du gouvernement. Emmanuel Macron doit entendre cet appel des Français : ils veulent être protégés du terrorisme, et pas seulement", clame Xavier Bertrand.