AirBnB, sponsor des JO de Paris-2024 : "L'entreprise ne respecte pas la loi", s'indigne Ian Brossat

  • A
  • A
1:00
© JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :
La mairie de Paris s'indigne que le CIO ait choisi AirBnB comme sponsor du comité international olympique pendant huit ans. L'entreprise, rappelle Ian Brossat, maire-adjoint en charge du Logement, est en conflit avec la ville, qui a assigné la plateforme en justice. L'élu reste "déterminé à réguler l'activité d'AirBnB".

Pour plusieurs centaines de millions d'euros, AirBnB devient l'un des sponsors du Comité international olympique pendant 8 ans. Entre 2020 et 2028, la plateforme de location de logements entre particuliers hébergera les visiteurs et les familles d’athlètes. Elle sera donc l'un des partenaires des Jeux de Paris 2024. Mais la maire de Paris crie au scandale. Après s'être opposée à l'arrivée du géant pétrolier Total parmi les sponsors nationaux du comité d'organisation des Jeux Olympiques en France, Anne Hidalgo alerte le président du CIO sur les "risques" d'un sponsoring d'Airbnb, accusé de provoquer l'augmentation des prix des loyers et d'aggraver la pénurie de logements. Adjoint au logement à la mairie de Paris, Ian Brossat s'indigne de décision sur Europe 1.

L'entreprise "ne respecte pas la loi"

"On a affaire à une entreprise qui ne respecte pas la loi", estime-t-il, rappelant qu'un contentieux existe entre la capitale et AirBnB. "Cela veut dire que l'affaire est devant les tribunaux", précisé l'élu, surpris de voir débarquer un tel partenaire au coté du CIO. "Il est quand même étrange d'avoir choisi une entreprise avec laquelle nous sommes en contentieux", rajoute-t-il. En février, la mairie de Paris a en effet assigné en justice la plateforme - passible d'une amende de 12,5 millions d'euros - pour avoir mis en ligne 1.000 logements non enregistrés.

Le CIO "est souverain"

Mais puisque c'est un partenariat de longue durée, qui ne concerne pas seulement les Jeux Olympiques de 2024, "le CIO est souverain dans le domaine", reconnait Ian Brossat. Malgré tout, il reste "déterminé à faire réguler l'activité d'AirBnB" à Paris. La maire de Paris Anne Hidalgo s'est d'ailleurs engagée à "organiser immédiatement après les municipales de 2020 un référendum pour définir les bonnes conditions d'usages d'Airbnb" en cas d'élections.

Europe 1
Par Cédric Chasseur, avec François Geffrier et l'AFP