À trois semaines de son procès, François Fillon veut "dire sa vérité" dans "Vous avez la parole" sur France 2

  • A
  • A
François Fillon ne s'est pas exprimé dans un média français depuis son élimination au premier tour de la présidentielle. 1:18
François Fillon ne s'est pas exprimé dans un média français depuis son élimination au premier tour de la présidentielle. © AFP
Partagez sur :
François Fillon va être reçu jeudi soir par Thomas Sotto et Léa Salamé dans "Vous avez la parole", sur France 2, à trois semaines de son procès qui débutera le 24 février. L'ancien Premier ministre veut tenter de rétablir son image et "dire sa vérité devant les Français", selon ses proches.

À trois semaines de son procès pour détournement de fonds publics - dans l'affaire dite du "Pénélopegate" -, François Fillon sera l'invité jeudi soir de Vous avez la parole sur France 2. Un retour médiatique pour l'ancien candidat à la présidentielle qui ne s'est pas exprimé dans un média français depuis son élimination au premier tour. C’est dans son fief de la Sarthe que François Fillon s’est préparé à ce rendez-vous. "Je me concentre", a-t-il confié au micro d'Europe 1. Car ce soir est "un moment fondamental", selon l'un de ses proches.

"Dire sa vérité" avant son procès

Après une campagne apocalyptique, émaillée de révélations en cascade, la défaite, et plus de deux ans de silence, l’ex-Premier ministre "souhaite dire sa vérité devant les Français" glisse l'un de ses intimes. "Dire sa vérité" avant que ne passe la justice.

Et alors que ses proches redoutent l’issue du procès, un de ses amis lui a dit : "La justice ne voudra pas se déjuger après avoir bouleversé la présidentielle". À cela, François Fillon n’a rien répondu. Un de ses anciens ministres craint d’ailleurs que les juges n’apprécient pas forcément de le voir à la télé. Mais c’est aux Français que François Fillon dit vouloir parler ce soir, pour tenter de rétablir son image écornée, sans arrière-pensée politique. Un de ses anciens lieutenants le certifie : "Il n’a pas d’agenda caché".

Europe 1
Par Aurélie Herbemont, édité par Séverine Mermilliod