Un maire interdit aux habitants de décéder dans sa commune

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Le maire de Cugnaux en Haute-Garonne a pris un arrêté municipal qui interdit aux habitants de sa commune, qui ne possèdent pas déjà de concessions dans le cimetière, de décéder. Une décision en forme de pied de nez au ministère de la Défense qui refuse de céder un de ses terrains militaires pour construire une extension au cimetière actuel.

Une décision absurde pour répondre à une autre décision jugée absurde. Philippe Guérin, le maire PS de Cugnaux en Haute-Garonne, a pris un arrêté municipal qui interdit "à toute personne ne disposant pas de caveau (...) de décéder sur le territoire de la commune". Ceux qui possèdent déjà une concession conservent le droit de mourir... Car c'est bien le manque de places disponibles dans les cimetières existants de la commune qui est au centre des bisbilles entre la mairie et le ministère de la Défense.

Dans deux ou trois ans, le maire estime que sa commune sera dans une situation critique, faute de concessions existantes à vendre et au regard de la pyramide des âges de Cugnaux. Pour Philippe Guérin, il n'y a qu'une seule solution : construire une extension pour un des cimetières existants. Problème : "le seul terrain communal qui correspond aux caractéristiques hydrométriques et géologiques est situé sur le périmètre de sécurité de la base militaire de Francazal, et eu égard à la proximité d'un dépôt de munitions, il est interdit de toute construction", explique la mairie de Cugnaux. La demande a été faite au ministère de la Défense, via le préfet de région, qui obtenu "une fin de non-recevoir".

Mais cet arrêté municipal ne fait pas sourire tout le monde. Le texte stipule que "les contrevenants seront sévèrement sanctionnés pour leurs actes". La préfecture de la Haute-Garonne précise de son côté que le préfet envisagede déposer un référé "pour la liberté de mourir".

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr