"Il n'y avait que des papiers à déplier" : le Noël sans cadeau de Zabou Breitman

  • A
  • A
Les parents de Zabou Breitman ont notamment connu le succès avec la série "Thierry la fronde". 1:42
Les parents de Zabou Breitman ont notamment connu le succès avec la série "Thierry la fronde". © AFP
Partagez sur :
Invitée d'Europe 1 ce lundi, l'actrice Zabou Breitman a évoqué quelques uns des Noëls de son enfance. L'un en particulier l'a plus marqué que les autres, lorsque ses parents, qui avaient jusqu'à présent vécus confortablement, se sont retrouvés sans argent. Au point de n'avoir rien à mettre sous le sapin.
INTERVIEW

Très certainement, Noël 2020 ne ressemblera à aucun autre. En cette période de crise sanitaire, après la séparation du confinement, les Français auront sans doute encore plus à cœur de profiter de leurs proches - dans le respect des gestes barrières bien évidemment - avant de se jeter sur la nourriture ou les cadeaux. Une situation qui rappelle à Zabou Breitman l'un des Noëls de son enfance, pas le plus heureux, mais l'un des plus marquants. Invitée lundi d'Europe 1, l'actrice, réalisatrice et metteure en scène a raconté ce qu'elle appelle son "Noël des petits papiers", quand ses parents ne pouvaient lui offrir que des "bons pour" qu'ils avaient eux-mêmes rédigés, car ils n’avaient plus d’argent.

"Je viens d'une famille d'artistes. Mon père avait écrit la série Thierry la Fronde et ma maman jouait sa fiancée. Tout leur souriait, et puis à un moment donné les choses ne se sont plus très bien passées", raconte Zabou Breitman. "Ils ont commencé à manger de la vache enragée, comme on dit. Nous n'avions plus du tout de sous." 

"Il n'y avait plus rien. Plus rien du tout"

Une situation d'autant plus difficile à vivre pour le couple au moment des fêtes de fin d'année, alors qu'ils n'ont plus les moyens de gâter leur fille unique. "Un Noël, je suis arrivée devant le sapin, et pour qu'il y ait quelque chose, mon père qui était très inventif avait fabriqué de très jolis rouleaux de papier à déplier. Et il avait écrit : 'bon pour une robe', etc.", se souvient l'actrice. "J'ai compris ce jour-là, alors qu'il y avait des signes que je ne voulais pas voir, que c'était la grosse galère, qu'il n'y avait plus rien. Plus rien du tout."

Fort heureusement, l'actrice ne manque pas non plus de souvenirs plus réjouissants de cette période de l'année, notamment ceux des Noëls qu'elle a pu passer au Québec d'où est originaire sa mère, chez ses très nombreux cousins et cousines.

Europe 1
Par Europe 1