Héritage de Johnny Hallyday : "Il est évident que la loi française doit s'appliquer"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Il a été l'avocat de Bernard Tapie, de Gérard Depardieu ou encore d'Alain Afflelou. Maître Hervé Temime défend actuellement Laura Smet dans l'affaire de l'héritage de Johnny Hallyday. Selon lui, c'est la loi française, qui interdit de déshériter ses enfants, qui doit s'appliquer et non la loi américaine. 
INTERVIEW

"Johnny Hallyday est la France personnifiée". Invité samedi de Ceci dit, l'émission de Philippe Vandel sur Europe 1, Maître Hervé Temime, l'avocat de Laura Smet, est catégorique : Johnny Hallyday est plus français qu'américain. Un argument qui pourrait faire pencher la balance dans l'affaire de l'héritage du chanteur.

Une erreur stratégique ? Pour rappel, David Hallyday et Laura Smet contestent le testament californien de leur père, rédigé en 2014 et qui lègue l'ensemble de son patrimoine à sa veuve, Laeticia, ainsi qu'à leurs deux filles mineures, Jade et Joy. Le nerf de la guerre ? Déterminer si la loi française, qui interdit de déshériter ses enfants, doit être appliquée. Ou si c'est la loi californienne - qui autorise, elle, à déshériter ses enfants - qui prévaut.

Dès lors, lorsque Laeticia Hallyday déclare dans une interview au Point : "J'ai épousé la France, j'ai épousé la Tour Eiffel", ne commet-elle pas une erreur stratégique ? "C'est une maladresse, confirme Hervé Temime. Mais on n'avait pas besoin de cette maladresse. C'est une évidence". 

"Laeticia Hallyday a enfoncé des portes ouvertes". "Pour moi, il est évident que la loi français doit être applicable", poursuit-il. "En disant cela, Laeticia Hallyday a enfoncé des portes ouvertes, elle n'aurait pas dû les enfoncer elle-même mais c’est tellement évident. La carrière de Johnny elle s’est faite où ? Il passé les derniers mois de sa vie où ? Ses enfants sont de quelle nationalité ? Sa femme est de quelle nationalité ? Ses revenus proviennent de quel pays ?"

Autant de questions sur lesquelles le tribunal de Nanterre devra se prononcer le 22 novembre prochain. 

 

 

 

 

 

Les + lus