Voilà les projets de Samuel Albert, grand gagnant de la saison 10 Top Chef

  • A
  • A
Samuel Albert, 30 ans, chef de l'ambassade belge à Tokyo, a remporté mercredi soir la saison 10 de Top chef.
Samuel Albert, 30 ans, chef de l'ambassade belge à Tokyo, a remporté mercredi soir la saison 10 de Top chef. © M6/Wlad Simitch
Partagez sur :
Samuel Albert, 30 ans, a remporté mercredi soir la saison 10 de Top chef, le concours culinaire de M6. Dans une interview "au Parisien", il confie son envie de revenir en France pour ouvrir son propre restaurant.

Sa cuisine aux influences japonaises et ses dressages minutieux ont séduit le jury. Samuel Albert, 30 ans, chef de l'ambassade belge à Tokyo, a remporté mercredi soir la saison 10 de Top chef, le concours culinaire de M6. Comme chaque année la victoire s'accompagne d'un chèque. Le chef repart ainsi avec 53.080 euros. S'il a prévu de donner 10 % de cette somme à Guillaume Pape, l'autre finaliste de l'émission, il devrait se servir du reste pour réaliser des projets qui lui tiennent à coeur, comme quitter le Japon à la fin de son contrat pour ouvrir son restaurant à Angers, d'où il est originaire, rapporte jeudi Le Parisien. 

"J’ai envie d’un endroit ouvert à tous avec des prix abordables"

"Ça s’appellera 'Les petits prés', en référence à l’adresse de ma grand-mère Marie-Jeanne. J’y ai passé toutes mes vacances avec mes cousins. Il y avait une ferme, on apprenait à cuisiner des lapins, des moutons. D’ailleurs, elle sera ma première cliente", confie-t-il au quotidien. "J’ai envie d’un endroit ouvert à tous avec des prix abordables. La course aux étoiles, ce sera plus tard. Pour l’instant, je mise sur le partage avec une cuisine ouverte à la japonaise. On y mangera des produits d’ici et des idées d’ailleurs.".

 

"J’aimerais bien animer un programme culinaire"

Il réfléchit également à l'idée d'animer sa propre émission de télévision. "J’y ai pris goût. J’aimerais bien animer un programme culinaire qui fasse aussi voyager les téléspectateurs", détaille le vainqueur de Top chef dans les colonnes du Parisien. "Pourquoi pas avec Guillaume, d’ailleurs."