Samuel Etienne sur Twitch et la télé : "Je crée malgré moi des ponts intergénérationnels"

  • A
  • A
samuel etienne 0:49
Samuel Etienne s'adresse véritablement à tous les âges © Europe 1
Partagez sur :
Toujours présentateur de "Questions pour un champion", Samuel Etienne s'est lancé à la mi-décembre sur Twitch, la plateforme vidéo très appréciée des adolescents et des jeunes adultes. Invité de "Ça fait du bien" lundi, le journaliste raconte comment il rassemble aujourd'hui des familles devant Twitch et France 3.
INTERVIEW

Accro au travail et à la caféine, selon ses propres mots, le journaliste et présentateur de Question pour un champion Samuel Etienne présente quotidiennement depuis chez lui des revues de presse sur Twitch. Il s'est ainsi rapidement consolidé une nouvelle audience d'adolescents et de jeunes adultes, très présents sur Twitch, bien loin de son public sur France 3. Samuel Etienne a découvert avec étonnement que ces deux publics se mélangeaient grâce à lui, comme il le raconte lundi dans Ça fait du bien.

"Je crée malgré moi des ponts intergénérationnels" s'étonne-t-il ainsi. Le journaliste a en effet reçu plusieurs messages où ses téléspectateurs de différentes générations se sont rapprochées en le regardant. "Dans une même famille, j'avais l'ado dans sa chambre qui passait son temps sur Twitch et son père ou son grand-père qui regardait Questions pour un champion. Et maintenant, ils regardent les deux choses ensemble."

Un Questions pour un champion avec des enfants ?

Mais ce mélange des générations ne s'arrête pas à son audience. "Je vois, dans la sélection, des candidats de Questions pour un champion de plus en plus jeunes, qui parfois m'ont découvert par Twitch", observe-t-il.

Samuel Etienne, dont l'émission faisait déjà des spéciales lycéens et des spéciales collégiens, voudrait aller encore plus loin dans le rajeunissement de son audience. "J'aimerais bien descendre en âge et faire un Questions pour un champion avec les plus petits", explique-t-il. "On ne l'a pas encore fait."

Europe 1
Par Alexis Patri