Macron maintient la salle de presse dans l'Élysée

  • A
  • A
L'Élysée a annoncé vendredi le maintien de la salle de presse dans la cour du palais.
L'Élysée a annoncé vendredi le maintien de la salle de presse dans la cour du palais. © LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :
En 2017, l'Élysée avait annoncé le déménagement de la salle de presse installée dans la Cour d'honneur depuis près de 40 ans, pour la transférer dans une annexe d'une rue adjacente. 

L'Élysée a annoncé vendredi le maintien de la salle de presse dans la cour du palais ainsi que l'ouverture d'une seconde salle dans un bâtiment annexe, mettant fin à la polémique provoquée par le projet d'un déménagement en 2017.

Cette décision a été saluée par l'Association de la presse présidentielle (APP), qui s'est " réjouie de l'issue positive de ce dossier, qui avait suscité beaucoup d'inquiétude" chez les journalistes. Emmanuel Macron "a entendu" cette "forte inquiétude", a fait valoir l'Élysée à l'association qui regroupe les médias couvrant l'actualité de la présidence de la République.

Le bras de fer entre l'Élysée et la presse avait débuté dès les premières semaines du quinquennat avec l'annonce du déménagement de la salle de presse emblématique, installée dans la Cour d'honneur depuis près de 40 ans, pour la transférer dans une annexe d'une rue adjacente fin 2018. L'Élysée avait justifié cette décision par la nécessité de consacrer cet espace à une nouvelle salle de réunion pour ses conseillers et, dans le même temps, d'offrir "des conditions de travail améliorées" à la presse.

L'APP avait dénoncé un "verrouillage de l'Élysée" 

Mais, pour les journalistes, ce déménagement était le symbole de la volonté du nouveau chef de l'État de les éloigner du cœur du pouvoir et de faire du palais présidentiel une "forteresse". L'APP avait dénoncé "un verrouillage de l'Élysée et une décision attentatoire à la liberté d'informer et de travailler des journalistes", tandis que la presse étrangère avait consacré de nombreux articles à cette décision.

Cette polémique avait contribué à tendre les relations entre les médias et le pouvoir, que ce dernier cherche à apaiser dans le cadre du "changement de méthode" initié ces dernières semaines dans la foulée du grand débat et de la crise des "gilets jaunes".