JT de M6 : "On n’a pas envie de jouer avec la technologie", assure Xavier de Moulins

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Xavier de Moulins et Nathalie Renoux, présentateurs des 12h45 et 19h45 de M6, journaux qui fêtent en 2019 leurs dix ans, défendent des journaux innovants sur la forme, mais qui restent centrés sur l’info.
INTERVIEW

Il y a dix ans, quand M6 décidait de lancer ses propres journaux télévisés, à 12h45 et 19h45, personne ou presque n’avait misé sur la réussite d’un tel pari. Une décennie plus tard, les deux rendez-vous d’info de la sixième chaîne sont bien installés, et incarnés par Xavier de Moulins, en semaine, et Nathalie Renoux le week-end.

Avec, c’est leur marque de fabrique, des innovations technologiques bien visibles à l’écran. "On essaye de s’adapter aux innovations technologiques. Il faut être de notre temps", explique Nathalie Renoux, quand son collègue est plus prudent : "Les effets ‘wahou’, on s’en méfie aussi. La priorité, c’est quand même l’info et le confort des gens qui nous regardent. On a n’a pas envie de jouer avec la technologie", confie ainsi Xavier de Moulins.

"Rapports humains"

"Ce qui est intéressant dans toute ça, le mot-clé qui fait qu’aujourd’hui ça marche et que les gens sont de plus en plus nombreux à vous suivre, c’est la pédagogie et la proximité", poursuit l’ancien de Canal +. "Et ça, ce sont des choses qui ne sont pas technologiques. Ce sont des choses qui tiennent dans les rapports humains et dans ce qu’on peut proposer aux gens qui nous regardent : décortiquer l’information, tous les jours, d’un point de vue cohérent."

Reste que le 12h45 et le 19h45 ont souvent innové, avec la présentation debout, des grands écrans derrière les présentateurs, des duplex réalisé grâce à la téléportation…, Tout cela n’a pas laissé la concurrence indifférente. "(Nos concurrents) présentent debout, et puis il n’y a pas que ça", relève Nathalie Renoux. "On fait venir un journaliste depuis le début en plateau, pour une chronique très pédagogique qu’on a appelé ‘Expliquez-nous’. Et si vous regardez un peu ailleurs, vous la retrouvez. Elle a été installée dans ces journaux bien après les nôtres", se félicite la journaliste.

Europe 1
Par Rémi Duchemin