Grève pour la quatrième journée consécutive à L'Equipe, une première

  • A
  • A
Le quotidien L'Equipe ne sera pas disponible en kiosques en raison d'une grève. 0:54
Le quotidien L'Equipe ne sera pas disponible en kiosques en raison d'une grève. © JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :
L'Equipe ne va pas paraître en kiosques pour la quatrième journée consécutive, une première dans l'histoire du journal. Les salariés protestent contre un plan social qui prévoit la suppression d'une cinquantaine de postes. 

Les amateurs de sport doivent faire sans leur quotidien préféré. En effet, le journal L'Equipe n'est pas disponible en kiosques pour la quatrième journée consécutive, en raison d'un mouvement de grève. Les salariés protestent contre un plan social prévoyant la suppression d'une cinquantaine de postes. 

La grève, suivie par 80% des titulaires (hors supérieurs hiérarchiques) depuis vendredi, selon Francis Magois (SNJ), a été reconduite lundi par l'intersyndicale SNJ - SNJ-CGT - UFICT-CGT - SGLCE-CGT à l'issue d'une assemblée générale en visioconférence.

Suppression de 47 postes de journalistes et de huit administratifs 

Au cœur du conflit, le plan de sauvegarde de l'emploi dévoilé à l'automne par la direction : il prévoit la suppression de 47 postes de journalistes et de huit administratifs au sein de la SAS L'Equipe (le quotidien, le magazine, Vélo Magazine et l'hebdomadaire France Football, qui doit devenir mensuel), qui emploie 350 personnes. 

Ce plan doit s'accompagner de la création de 12 postes destinés à augmenter le nombre d'abonnés numériques payants, ce qui ramène le total des postes supprimés, chez les journaliste, à 35, selon la direction, qui n'a pas souhaité commenter. Au moins cinq postes supplémentaires disparaissent avec la fin du supplément Sport et Style, soulignent les syndicats. La direction relève que ce changement est indépendant de la réorganisation prévue pour la SAS.

Les syndicats réclament le "retrait" du PSE 

Les syndicats réclament le "retrait" du PSE, "ou alors" moins de suppressions de postes et de meilleures conditions de départ, "en tout cas l'ouverture de négociations", a expliqué à l'AFP Stéphane Antoine (SNJ-CGT), redoutant des départs contraints. "Le signal envoyé est très mauvais" à l'approche des Jeux de Paris 2024 ou de la coupe du monde de Rugby, également prévue en France en 2023, explique un journaliste de l'Equipe qui a souhaité rester anonyme.

Les syndicats regrettent en outre l'absence de réaction de la direction à leur mouvement : la réunion à laquelle ils sont conviés mardi après-midi pour discuter des conditions de départs était "prévue de longue date", selon Francis Magois (SNJ). Cette réunion sera suivie d'une nouvelle assemblée générale pour décider des suites du mouvement. Le PSE vise à réaliser 5 millions d'euros d'économies, le groupe étant confronté à des difficultés financières dues à la crise sanitaire et à la baisse des ventes au numéro de son journal phare. 

En novembre, l'Equipe a vu sa diffusion reculer de 12,61% par rapport à novembre 2019, à 192.499 exemplaires par jour, selon l'Alliance pour les chiffres de la presse et des médias (ACPM).