Envoyé spécial a rencontré le jardinier américain qui a fait condamner Monsanto : "Il a des lésions absolument partout"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Invité de Matthieu Belliard sur Europe 1, le journaliste Tristan Waleckx a interviewé pour "Envoyé spécial" Dewayne Johnson, le jardinier américain qui a fait condamner Monsanto en août 2018.
INTERVIEW

Tests sur des personnalités, confrontations entre agriculteurs bio ou conventionnels, enquête sur l'entreprise Bayer-Monsanto… Jeudi soir, dès 21 heures sur France 2, Envoyé Spécial se penche sur le glyphosate, l'herbicide controversé produit notamment par la firme Monsanto, sous la forme de Roundup. Le journaliste Tristan Waleckx a également pu interviewer Dewayne "Lee" Jonhson, le jardinier américain qui a fait condamner l'entreprise à lui verser 78,5 millions de dollars (69 millions d'euros) de dommages et intérêts.

"Il n'aime pas trop parler de lui". Depuis le procès, il s'est néanmoins fait très discret. "Il n'aime pas trop la médiatisation, il n'aime pas trop parler de lui, il a accordé très peu d'interviews…", souligne Tristan Waleckx, qui a pu le rencontrer longuement, il y a quelques semaines.

 

>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Des images assez choquantes". "Il y a des images assez choquantes", admet le journaliste. "De lui-même, pour nous montrer sa souffrance, il soulève son t-shirt et c'est vrai qu'on découvre qu'il a des lésions absolument partout, comme des brûlures au deuxième ou au troisième degré, sur tout le corps". Dewayne Johnson est en effet atteint d'un lymphome non hodgkinien, un cancer incurable du système lymphatique qu'on lui a diagnostiqué en 2014. "Les médecins l'estiment condamnés", rappelle Tristan Waleckx au micro de Matthieu Belliard.

Pour que son histoire "serve de leçon". "Maintenant, je fais partie de l'histoire", confie le jardinier dans le reportage. "Avec un peu de chance, mon histoire avec le glyphosate pourra servir de leçon, éviter à des enfants d'être en contact avec ce truc. Mon but, c'est d'établir les faits. Mais l'argent ne vaut rien pour moi parce que je suis en train de mourir. Je préférerais avoir mon salaire, une belle peau, faire du skate, de la moto, partir en vacances avec ma famille… Je veux juste vivre un peu avant de mourir", se livre-t-il.

"Il veut montrer que Monsanto était au courant". "Ce qu'il veut montrer, c'est comment Monsanto, depuis plusieurs décennies, était au courant que le produit qu'ils commercialisaient était dangereux", affirme pour sa part Tristan Walleckx. La condamnation de Monsanto n'est d'ailleurs pas définitive. En novembre dernier, le géant agrochimique a entamé sa procédure en appel.

Europe 1
Par Thibauld Mathieu