Elisabeth Roman : "On range dès le plus jeune âge les filles d'un côté et les garçons de l'autre"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
La journaliste lance "Tchika", un nouveau magazine dédié aux petites filles de 7 à 12 ans avec un but : sortir des injonctions qui laissent croire qu'elles doivent être éduquées différemment des garçons.
INTERVIEW

Le manque de confiance en elles des petites filles ? Elisabeth Roman, ancienne rédactrice en chef du magazine Science et vie découvertes, compte bien le faire disparaître. Pour cela, elle lance Tchika, un magazine pour les 7-12 ans, qu'elle définit comme "le premier magazine d'empowerment" pour les petites filles. Elle s'en est expliqué au micro de Philippe Vandel dans Le grand journal du soir.

"On devient la personne que l'on doit être"

Le mot empowerment pourrait paraître obscur. La journaliste détaille : "ça signifie que l'on devient la personne qu'on doit être sans écouter aucune des injonctions extérieures, qu'elles soient familiales ou sociétales." A titre d'exemple, "les filles pensent qu'elles sont moins bonnes en sciences, ça donne au final 30% de femmes scientifiques alors que le cerveau d'un homme ou d'une femme, c'est pareil", martèle la journaliste.

Rose pour les filles, bleu pour les garçons ?

Ce genre de situation viendrait pour la spécialiste d'un manque de confiance couplé à des "injonctions culturelles. On range dès le plus jeune âge les filles d'un côté et les garçons de l'autre." Les stéréotypes de rose pour les filles, de bleu pour les garçons font ainsi partie de cette dichotomie. De la même façon, "on va parler d'une façon beaucoup plus douce à une fille. Il n'y a pas de raison qu'une fille soit plus calme", souligne encore Elisabeth Roman.

Des personnalités inspirantes

Pour briser toutes ces injonctions -parfois inconscientes - qui viennent entre autres de la publicité, des jouets ou encore de la télévision, le magazine va présenter "des histoires de femmes du passé inspirantes", comme la peintre Frida Kahlo, mais aussi des "femmes d'aujourd'hui comme Amandine Henry qui est la capitaine de l'équipe de football féminin", décrit la journaliste. La publication débutera avec 62 pages et sera distribuée tous les trimestres par abonnement.