Coronavirus : comment les médias français s'adaptent

, modifié à
  • A
  • A
Locaux TF1 Boulogne 2000x1000 AFP 1:45
Photo d'illustration © LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :
Alors que le bilan du coronavirus a dépassé les 4.000 morts dans le monde, l'épidémie continue sa progression en France avec la contamination de plus de 1.400 personnes. Le virus force certains des principaux groupes de l'audiovisuel à prendre des mesures sanitaires de précaution.

Coronavirus oblige, certains des principaux groupes de l'audiovisuel commencent à prendre des mesures. TF1 et France Télévisions, par exemple, encouragent vivement leurs salariés à rester chez eux pour télé-travailler afin d'éviter des échanges de miasmes. La mesure ne concerne pas tous les employés. Les personnes impliquées dans la fabrication des programmes, par exemple, sont exemptées.

Le ministre de la Culture contaminé en pleine réforme de l'audiovisuel

Même chose concernant les visiteurs. Si leur entrée n'est pas refusée à proprement parler, une série de réunions a toutefois été reportée. Les opérations rassemblant trop de monde ont, pour leur part, été purement et simplement annulées. En plus de TF1 et de France Télévisions, la radio RMC prend également des mesures sanitaires.

Ces précautions prises dans les médias sont pour l'instant mises en place jusqu'à la fin du mois de mars tandis qu'au gouvernement, le premier cas d'infection a été signalé. Le ministre de la Culture Franck Riester est atteint par le Covid-19, ce qui l'oblige à travailler depuis chez lui. Pour autant, le ministre a passé beaucoup de temps en commission lors des deux dernières semaines pour l'examen de la loi de réforme de l'audiovisuel...

En Italie, une émission a été suspendue après la contamination d'un membre de la rédaction de l'émission "Iéné" (les Hyènes). "Il s'agit d'une suspension par précautions médicales", a annoncé la production de ce talk show diffusé sur Italia 1, une des chaînes du groupe de Silvio Berlusconi. Cet arrêt est une première dans le pays.

Europe 1
Par Cyril Lacarrière, édité par Maxime Dewilder