Chirac : la presse salue "l'homme plus que le président"

  • A
  • A
© Capture d'écran Libération
Partagez sur :
Au lendemain de la mort de Jacques Chirac, la presse française insiste plus sur ce que fût l’homme, très populaire, que ce qu’entreprît le président de la République.
REVUE DE PRESSE

La presse française salue vendredi la mémoire de Jacques Chirac, décédé la veille à 86 ans, célébrant "ce que fut" l'homme politique durant sa carrière d'un demi-siècle plus que "ce que fit" le cinquième président de la Vème République.

"L'homme plus que le président... Au moment où il s'efface, c'est ainsi qu'on veut se rappeler Jacques Chirac," écrit Laurent Joffrin dans Libération qui titre en une "sans Chichi", le surnom attribué affectueusement par ses concitoyens. Jacques Chirac, c'est "une part d'humanité, somme toute, qui a fini par dominer cette figure de sabreur sans état d'âme, de président presque aboulique, et qui suscite dans l'opinion, au moment de sa disparition, comme une tendresse nostalgique", poursuit le directeur de Libération.

une-libe-chirac

"L'incarnation d'une "France sympathique mais pessimiste parce qu'elle ne s'aime pas beaucoup"

L'affection vouée à l'ancien président par ses concitoyens découle "davantage" de "ce qu'il fut" que de "ce qu'il fit", juge aussi Le Figaro qui titre sobrement "adieu" à la "une". L'ex-chef de l'État "a épousé les permanences et les contradictions d'un pays qu'il a su incarner, en homme d'État, avec allure et humanité" et "si les Français, au-delà des apparences, n'ont jamais cessé d'aimer Jacques Chirac, c'est que, dans ses vertus comme dans ses faiblesses, il était profondément français", écrit Alexis Brézet.

une-figaro-chirac

Que restera-t-il de Jacques Chirac qui ne fut jamais aussi populaire qu'à la fin de sa longue carrière? "L'image du grand Jacques, de son sourire, de ses petites phrases mais aussi de ses maladresses qui ont façonné le personnage et sa légende", répond Mickaël Tassart dans Le Courrier Picard. Le Corrézien restera l'incarnation d'une "France sympathique mais pessimiste parce qu'elle ne s'aime pas beaucoup, qui adore se détester sauf quand on la salue depuis l'étranger parce qu'elle est toujours capable de panache", remarque Maurice Bontinck dans La Charente Libre.

"On va évoquer son amour de la tête de veau et de la bière Corona bien fraîche. Sa gauloiserie, sa séduction de grand échalas, son oeil qui frisait à la vue d'une jolie femme, ses poignées de main qu'en campagne il distribuait si généreusement qu'en fin de journée il lui fallait un bain d'eau glacée pour repartir", énumère Jean-Marcel Bouguerreau dans La République des Pyrénées.

"Le bien aimé"     

Jacques Chirac "aima par-dessus tout la France et les Français. Passionnément. Avec humanité et pudeur", insiste Christophe Hérigault dans La Nouvelle République. Son éditorial est intitulé tout simplement "humain" Chirac c'est le "bien aimé", estime Patrice Chabanet dans Le Journal de La Haute Marne. C'est aussi, selon lui, "un faiseur d'empathie, séducteur dans l'âme, l'humour toujours en embuscade". "C'est un aïeul qui nous quitte", pleure Dominique Jung dans les Dernières Nouvelles d'Alsace en pensant à ce "bagarreur par méthode, vorace par nature, optimiste par principe".

Écoutez "Chirac, une histoire française"

Europe 1 revient dans un podcast évènement intitulé "Chirac, une histoire française" sur la vie et la carrière de Jacques Chirac, 22e président de la République à travers des analyses, des récits et des témoignages puisés dans nos archives et produits par la rédaction d'Europe 1.

Vous pouvez écouter et vous abonner au podcast en cliquant ici

Pour Jean Levallois, de La Presse de La Manche, "l'immense vitalité de l'ancien chef de l'Etat était alimentée par le carburant de son empathie naturelle". "Jacques Chirac aimait les gens. Il aimait aussi la France sans aucun doute, car il la voulait forte, porteuse de valeurs et créatrice de paix dans le monde. Mais il aimait profondément, intensément les Français", note-t-il. Si bien qu'"on a tous en nous quelque de Jacques Chirac, qu'on ait combattu son action ou qu'on l'ait soutenu", remarque Pascal Ratinaud dans La Montagne.

Même le quotidien communiste L'Humanité confesse un "étrange attachement" à Jacques Chirac parce qu'il "respectait chacun" et n'était "pas du genre à étaler sa morve". Déjà, "il manque quelqu'un à la France", regrette Olivier Biscaye dans Le Midi Libre.

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP