Baiser sur le sein dans "TPMP" : plainte déposée contre Jean-Michel Maire

, modifié à
  • A
  • A
Jean-Michel Maire a été entendu par les policiers lundi, suite à une plainte déposée par Soraya Riffi en janvier dernier.
Jean-Michel Maire a été entendu par les policiers lundi, suite à une plainte déposée par Soraya Riffi en janvier dernier. © Capture d'écran
Partagez sur :
Soraya Riffi, qui avait été embrassée sur le sein par Jean-Michel Maire en octobre 2016 dans "TPMP", a porté plainte en janvier dernier.

L'affaire a eu lieu il y a un an et demi et elle n'est toujours pas close. Jean-Michel Maire, qui avait embrassé sur le sein une invitée sur le plateau de Touche pas à mon poste en octobre 2016, a été entendu lundi par la police, a révélé récemment Closer. A l'origine de cette convocation, une plainte de la principale intéressée, Soraya Riffi, qui se plaint depuis d'être harcelée.

Un défi. En octobre 2016, lors des "35 heures de Baba", Cyril Hanouna avait lancé un défi à Jean-Michel Maire : celui d'embrasser Soraya Riffi, invitée pour sa ressemblance avec Kim Kardashian. Cette dernière n'avait pas répondu favorablement aux avances du chroniqueur mais Jean-Michel Maire était quand même passé à l'action en l'embrassant sur le sein. La séquence avait choqué à l'époque et le CSA avait reçu 250 signalements

"Ma vie est devenue un vrai calvaire". Si sur le coup, la jeune femme n'avait pas envisagé porté plainte et avait même tenté d'apaiser les esprits, elle a depuis changé d'avis. Elle a en effet déposé plainte en janvier. Mardi, elle a expliqué dans TV Mag qu'après l'émission, "à part quelques commentaires sur Internet, ça allait mais depuis un an, ma vie est devenue un vrai calvaire". Elle a reçu en effet "de nombreuses critiques" ainsi que des "menaces de mort". "C'est très dur à vivre à long terme aussi bien dans ma vie sociale que dans ma vie familiale. J'ai rencontré beaucoup de difficultés, j'ai fait une dépression", a ajouté la jeune femme. 

Une plainte "pour les conséquences". Contacté par Closer, Jean-Michel Maire a expliqué qu'il avait appris l'existence de cette plainte "par voie de justice, par le commissariat". "Elle ne m'a pas prévenu. Elle m'a dit qu'elle ne porterait jamais plainte. Là, elle porte plainte", a-t-il aussi déclaré, et d'ajouter : "ce n'est pas tellement pour l'histoire, mais pour les conséquences. On l'a harcelée, les gens la critiquaient dans la rue, etc. C'est pour ça qu'elle a porté plainte".