Virus : l'Allemagne va renforcer les contrôles à ses frontières terrestres

, modifié à
  • A
  • A
L'Allemagne renforce ses contrôles aux frontières pour les 8 à 14 prochains jours.
L'Allemagne renforce ses contrôles aux frontières pour les 8 à 14 prochains jours. © JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Partagez sur :
Le ministre de l'Intérieur allemand, Horst Seehofer a déclaré mardi que les contrôles aux frontières avec la Pologne, la France et le Danemark vont être renforcés pour lutter contre le coronavirus pendant 8 à 14 jours. Les voyageurs voulant entrer sur le territoire allemand devront présenter un test négatif de moins de 48h. 

L'Allemagne va renforcer pour les "8 à 14 prochains jours" les contrôles autour de ses frontières terrestres notamment avec la France, le Danemark et la Pologne, sans toutefois les systématiser, pour lutter contre la pandémie de coronavirus, a annoncé mardi le ministre de l'Intérieur. "Peu importe d'où vous arriviez, de Pologne, de France, ou du Danemark, chacun doit s'attendre à être contrôlé", a déclaré Horst Seehofer lors d'une conférence de presse.

Ces contrôles aléatoires se dérouleront sur le territoire allemand, dans un périmètre allant jusqu'à 30 kilomètres après le passage de la frontière. Ils seront intensifiés à partir du long week-end de Pâques, a-t-il ajouté. Les policiers ne pourront "pas renvoyer les voyageurs" dans le pays duquel ils arrivent mais vérifieront qu'ils sont bien en possession d'un test négatif de moins de 48h et se sont enregistrés électroniquement auprès des autorités sanitaires allemandes. A défaut, ils devront "payer une amende", a-t-il expliqué.

Une quarantaine de dix jours

Tous ces voyageurs devront ensuite "observer une quarantaine de 10 jours", qui peut être raccourcie avec un test négatif effectué au bout du 5e jour, comme c'est déjà le cas depuis plusieurs semaines pour les arrivées en avion. Les passages, dits de "transit", de moins de 72 heures seront exemptés de quarantaine.

Les contrôles stricts et systématiques effectués à la frontière autrichienne avec la région du Tyrol seront quant à eux levés "dans la mesure où la situation s'y est améliorée", a précisé Horst Seehofer. En revanche, ces contrôles systématiques restent d'actualité avec la République tchèque, où ils sont déjà mis en place depuis plusieurs semaines et où le développement de la pandémie reste inquiétant.

Une amende pouvant aller jusqu'à 25.000 euros 

Depuis mardi, l'Allemagne exige par ailleurs la présentation d'un test négatif de la part des passagers arrivant en Allemagne, au risque pour les compagnies aériennes de se voir infliger de lourdes amendes pouvant aller jusqu'à 25.000 euros. "Le but est d'empêcher de faire rentrer le virus en Allemagne", pays confronté à une nouvelle hausse des infections et qui craint une progression "exponentielle" dans les prochaines semaines, a expliqué Horst Seehofer.

Le gouvernement a en revanche renoncé à interdire les voyages vers certaines destinations touristiques à l'étranger, comme un temps envisagé face au bond des réservations de printemps pour les Baléares. Cette option n'a pas résisté à une analyse juridique, selon les médias allemands. En Allemagne, qui a compté mardi 9.549 nouveaux cas de Covid-19, le taux d'incidence a atteint 135,2 en moyenne dans le pays, en constante augmentation ces derniers jours.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP