Viaduc effondré à Gênes : qui sont les 38 victimes ?

  • A
  • A
Genes 1280
Les secours recherchent encore 10 à 20 disparus dans les décombres, vendredi. © AFP
Partagez sur :
Trois jours après la catastrophe, autorités et médias dressent de premières listes des victimes identifiées, alors que 10 à 20 personnes sont toujours portées disparues. 

Une famille en route vers la Sardaigne, des jeunes Français partis faire la fête, un couple de retour de voyage de noces... Trois jours après l'effondrement d'un pont autoroutier à Gênes, autorités et médias dressent de premières listes des victimes. Le bilan provisoire de la catastrophe fait état de 38 morts confirmés, parfois identifiés uniquement grâce à leurs bijoux.  

21 victimes italiennes. La préfecture de Gênes a diffusé une liste de 21 noms, avec leurs dates et lieux de naissance : uniquement les Italiens dont les familles ont été prévenues. Sur cette liste, on trouve une famille entière originaire de Campomorone, en Ligurie. Roberto, 44 ans, Ersilia, 41 ans et leur fils Samuele, 8 ans. Selon le témoignage de leurs proches dans la presse, ils étaient en route pour prendre un ferry pour des vacances en Sardaigne. 

Dans une autre voiture, une famille de la région de Turin. Andrea, 49 ans, et Claudia, 48 ans, étaient à peine rentrés d'un voyage de noces en Californie et voyageaient avec les deux enfants de Claudia, Manuele, 16 ans, et Camilla, 12 ans. Andrea, 48 ans, était père de famille et jouait au club de football Portuali Voltri à Gênes. "Notre associé, notre ami, notre collègue victime de la tragédie du pont Morandi. Ciao Andrea...", a salué le club sur sa page Facebook. 

Giorgio, 57 ans, était un ancien champion de moto devenu entrepreneur. Alberto, un anesthésiste de 32 ans travaillant à Pise, voyageait avec sa petite amie, Marta, 29 ans. Gennaro, un routier napolitain de 43 ans qui travaillait dans le transport de fruits et légumes, rentrait en Italie après une livraison en France.

Trois Chiliens et quatre Français. Vincenzo, 58 ans, patron d'une compagnie de transport de Grotte, en Sicile, laisse derrière lui une femme et deux enfants. Dans la liste figurent aussi un Piémontais de 49 ans, trois Napolitains de 24, 26 et 29 ans, un Calabrais de 57 ans, mais aussi quatre Gênois âgés de 33 à 55 ans. Les services diplomatiques de Santiago ont aussi confirmé la mort de trois Chiliens qui résidaient en Italie.

La France déplore de son côté quatre morts, des jeunes d'une vingtaine d'années, originaires du Sud-Ouest, amateurs de festivals de musique techno. Trois amis qui partaient au Teknival avaient récupéré en route un quatrième "teufeur" pour partager les frais. "Ils avaient le cœur sur la main", a témoigné sur Europe 1 Aurélie, amie de Mélissa et Nathan, deux des victimes. "À chaque fois que j'y pense je me dis : 'Mais pourquoi ? Pourquoi c'est arrivé à eux ?'"

Le bilan pourrait s'alourdir. Les identités des 38 victimes confirmées n'ont pas encore été diffusées, les autorités s'assurant que les familles soient les premières prévenues. D'autres morts pourraient en outre être à déplorer : vendredi matin, les secouristes cherchaient encore 10 à 20 disparus, des personnes susceptibles d'être passées sur le pont et qui ne donnent plus de nouvelles depuis l'effondrement. 

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP