Un réseau de passeurs de Palestiniens démantelé en Espagne et en France

  • A
  • A
La police espagnole avait démarré son enquête après avoir décelé une augmentation du nombre de Palestiniens demandant l'asile à l'aéroport de Madrid. (image d'illustration)
La police espagnole avait démarré son enquête après avoir décelé une augmentation du nombre de Palestiniens demandant l'asile à l'aéroport de Madrid. (image d'illustration) © PAU BARRENA / AFP
Partagez sur :
Neuf personnes ont été arrêtées en Espagne et en France, soupçonnées d'avoir fait venir en Europe plus d'un millier de Palestiniens, via un système de demandes d'asile frauduleuses. 

Les polices espagnole et française ont démantelé un réseau de passeurs basé à Amiens, soupçonné d'organiser la venue en Europe de centaines de Palestiniens par le biais de demandes d'asile frauduleuses, a annoncé dimanche la police espagnole. Neuf personnes, y compris le chef présumé du réseau, ont été arrêtées dans les deux pays dans le cadre de cette opération menée en coopération avec l'agence européenne Europol, a-t-elle précisé dans un communiqué.

Des demandes d'asile frauduleuses. Cinq arrestations ont été effectuées en Espagne et quatre en France, et "la base d'opérations principale" du réseau était située dans la ville d'Amiens, selon la police. La police estime que ce réseau a fait venir par avion depuis janvier quelque 1.200 Palestiniens vivant dans des pays du Proche-Orient, via la Bolivie à destination de Madrid où ils déposaient "une demande d'asile frauduleuse". "Au lieu de poursuivre les procédures administratives liées à leur demande d'asile, ils étaient transportés par l'organisation en Belgique et en Allemagne dans des fourgonnettes", selon le communiqué.

8.000 euros par migrant. Le réseau demandait quelque 8.000 euros par personne pour la fourniture de faux documents de voyage de réfugiés palestiniens au Liban et pour l'organisation du voyage. Ses gains sont estimés au total à au moins neuf millions d'euros. La police espagnole avait démarré son enquête après avoir décelé une augmentation du nombre de Palestiniens demandant l'asile à l'aéroport de Madrid.