Un policier blanc de Chicago reconnu coupable du meurtre d'un jeune Noir

, modifié à
  • A
  • A
Jason Van Dyke (à droite) a été reconnu coupable de meurtre au lieu d'assassinat. (Photo d'archives)
Jason Van Dyke (à droite) a été reconnu coupable de meurtre au lieu d'assassinat. (Photo d'archives) © AFP
Partagez sur :
En octobre 2014, ce policier avait tiré "seize fois" sur un adolescent de 17 ans pour "qu'il lâche son couteau". 

Un policier blanc de Chicago a été reconnu coupable vendredi du meurtre d'un adolescent noir, sur lequel il avait tiré "seize fois" de façon "totalement inutile" en octobre 2014. Jason Van Dyke, qui comparaissait pour assassinat, était accusé d'avoir abattu à distance et sans raison Laquan McDonald, 17 ans, alors que ce dernier tenait un couteau. Il avait plaidé non coupable.

Les douze jurés ont rendu leur verdict dès le lendemain du début de leurs délibérations, reconnaissant l'accusé coupable de meurtre au lieu d'assassinat (meurtre avec préméditation). Ils ont également décidé de sa culpabilité à seize autres chefs d'accusation pour usage aggravé d'une arme à feu, mais l'ont acquitté de celui de faute professionnelle. Sa sentence sera connue ultérieurement, à une date non précisée vendredi.

Le policier continuait de vider son chargeur sur le jeune homme à terre. La diffusion très tardive, en 2015, d'une vidéo montrant la mort de l'adolescent avait exacerbé la colère de la population, déclenchant des mois de manifestations dans la troisième ville des États-Unis. Les images de la vidéo, filmée depuis une caméra fixée sur le tableau de bord d'une voiture des forces de l'ordre, montrent Jason Van Dyke tirer sur l'adolescent, qui se trouve à plusieurs mètres de distance, et continuer à vider son chargeur même une fois le jeune homme à terre. Aucun des neuf autres officiers présents n'avait fait usage de son arme.

Une vidéo qui a entraîné le renvoi du chef de la police. Lors du procès, qui a duré dix jours, l'ancien policier a assuré avoir tiré parce que l'adolescent lui paraissait menaçant. Ses avocats ont tenté de contrer l'effet désastreux de la séquence filmée, en appelant à considérer le "contexte". La vidéo de la bavure a entraîné le renvoi du chef de la police de Chicago de l'époque. Eddie Johnson, nouveau chef du Chicago Police Dedpartment (CPD), a recommandé le renvoi de sept policiers pour avoir donné des compte-rendus erronés du drame. Trois ont été inculpés au pénal et sont dans l'attente de leur procès.Le ministère de la Justice a par ailleurs lancé en décembre 2015 une enquête fédérale visant le Chicago Police Department (CPD). Celle-ci a conclu que les abus policiers étaient récurrents à Chicago, métropole gangrenée par la criminalité.

Un accord à l'amiable avec la famille, pour cinq millions de dollars. Le maire Rahm Emanuel, un proche de l'ancien président Barack Obama, s'est lui-même retrouvé en difficulté. Il a annoncé début septembre renoncer à briguer un troisième mandat, sa popularité butant sur cette violence endémique, liée à des guerres de gangs et au trafic de drogues. La municipalité a conclu un accord à l'amiable au civil avec la famille de l'adolescent, pour cinq millions de dollars. L'homicide de Laquan McDonald fait partie d'une série de bavures policières ces dernières années contre des hommes noirs aux États-Unis, qui a débouché sur la naissance du mouvement "Black Lives Matter" ("Les vies des Noirs comptent").