Russie : les attaques de Trump contre le projet de gazoduc sont de la "concurrence déloyale", selon le Kremlin

, modifié à
  • A
  • A
Le Kremlin considère les critiques de Donald Trump comme de la "concurrence déloyale" © MLADEN ANTONOV / AFP
Partagez sur :

Le porte-parole du Kremlin a déclaré jeudi que les critiques de Donald Trump envers le projet de gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne étaient considérée comme de la "concurrence déloyale".

Les critiques formulées par le président américain Donald Trump contre le projet de gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne constituent une forme de "concurrence déloyale", a dénoncé jeudi le Kremlin.

De la "concurrence déloyale". "Nous considérons [ces attaques] comme de la concurrence déloyale. Il s'agit d'une tentative de contraindre les clients européens à acheter du GNL plus cher, qui peut leur être fourni depuis d'autres endroits", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "C'est une question de concurrence économique et c'est dans le cadre de cette concurrence économique que les clients doivent prendre leur décision de choisir tel ou tel fournisseur", a-t-il poursuivi.

"Pendant des dizaines d'années, la Russie a confirmé et confirme encore son statut de garant fiable de la sécurité énergétique de l'Europe. Aucun autre fournisseur n'a jusqu'à présent démontré une grande stabilité ou fiabilité dans la fourniture de gaz par gazoduc", a-t-il ajouté.

Un projet d'envergure. Donald Trump a de nouveau fustigé mercredi le projet de gazoduc Nord Stream 2, qui vise à doubler les capacités de livraison de gaz russe en Europe en passant par la mer Baltique et en évitant l'Ukraine, avec qui la Russie entretient des relations conflictuelles. Le gazoduc Nord Stream 2, dont la mise en service est prévue début 2020, a une capacité de 55 milliards de m3 par an, ce qui doit permettre de doubler les capacités du premier Nord Stream, qui transporte du gaz de la côte baltique de la Russie jusqu'à l'Allemagne.

Un gazoduc qui divise. Les Européens restent néanmoins divisés sur ce projet, tandis que les États-Unis, grand producteur de gaz naturel, se sont récemment lancés dans une offensive commerciale à la recherche de nouveaux débouchés, soutenue par Donald Trump. Le président américain s'en est pris mercredi avec une virulence inédite à Berlin en assurant que "l'Allemagne est complètement contrôlée par la Russie" en raison de sa dépendance au gaz russe.

Une dépendance mutuelle, selon la Russie. "De telles fournitures de gaz ne mènent pas à la dépendance d'une des parties sur l'autre, mais à une dépendance mutuelle, qui est une garantie de la stabilité et du développement d'une coopération mutuellement bénéfique", a déclaré Dmitri Peskov jeudi. Le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Donald Trump doivent tenir leur premier sommet bilatéral lundi à Helsinki.