La Corée du Nord va expulser un Américain entré illégalement sur son territoire

, modifié à
  • A
  • A
Le ressortissant américain est détenu en Corée du Nord depuis le 16 octobre 2018. © GREG BAKER / AFP
Partagez sur :

La Corée du Nord a annoncé vendredi qu'elle allait expulser un ressortissant américain entré illégalement sur son territoire depuis la Chine et détenu depuis octobre dernier. 

La Corée du Nord a décidé d'expulser un ressortissant américain entré illégalement dans le pays le mois dernier, a rapporté vendredi l'agence officielle KCNA.

Un Américain détenu depuis le 16 octobre. L'homme, identifié sous le nom Lawrence Bruce Byron, était détenu depuis son passage en Corée du Nord en provenance de Chine le 16 octobre. "Lors de son interrogatoire, il a déclaré qu'il était entré illégalement dans le pays sur ordre de la CIA américaine", a ajouté KNCA. "Les autorités compétentes ont décidé de l'expulser du pays". 

Un homme du même nom avait déjà été arrêté à la frontière intercoréenne en 2017. Un homme portant le même nom avait été arrêté en Corée du Sud alors qu'il tentait de franchir la frontière intercoréenne en novembre 2017, a rapporté la presse sud-coréenne. Lawrence Bruce Byron, un quinquagénaire originaire de Louisiane, avait été expulsé par la suite aux États-Unis. Il avait expliqué aux autorités de Séoul qu'il voulait faciliter des pourparlers entre les États-Unis et la Corée du Nord, et ce bien qu'il s'agisse d'un particulier, précisent les médias sud-coréens.

Une libération comme geste d'ouverture au dialogue. Il est rare que la Corée du Nord libère aussi rapidement un détenu américain. Cette décision survient au moment où des négociations avec les États-Unis sur la dénucléarisation sont dans l'impasse. "Ce geste signifie que le Nord veut conserver l'élan du dialogue avec les États-Unis", a déclaré le professeur Yang Moo-Jin, de l'Université des études nord-coréennes.

Journalistes ou missionnaires, la plupart des Américains arrêtés par la Corée du Nord ont été libérés à la suite de missions de personnalités américaines. Trois détenus américains avaient été libérés en mai, un geste de bonne volonté semble-t-il avant le sommet historique entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, qui a lieu en juin à Singapour. Il n'y a pas actuellement de détenu américain connu en Corée du Nord.

 

Des accusations de torture sur un étudiant américain libéré dans le coma. La dernière annonce survient après de nouvelles accusations publiées dans la presse américaine selon lesquelles Otto Warmbier, un étudiant américain mort après avoir été détenu par la Corée du Nord, avait été torturé. Il avait été condamné à 15 ans de travaux forcés pour le vol d'une affiche de propagande et avait passé plus d'un an en prison avant d'être renvoyé aux États-Unis dans le coma, en juin 2017.

En octobre, l'Hôpital de l'amitié de Pyongyang, où l'étudiant avait reçu des soins, avait qualifié ces accusations de "distorsion complète de la réalité". Le Nord dément toute torture et affirme qu'il avait contracté le botulisme pendant sa détention.