Présidentielle américaine : qui sont Jo Jorgensen et Howie Hawkins, les deux "autres" candidats ?

  • A
  • A
Howie Hawkins candidat vert présidentielle américaine 2020 DON EMMERT / AFP
Howie Hawkins est le candidat du parti vert à la présidentielle américaine de 2020. © DON EMMERT / AFP
Partagez sur :
Dans l’ombre de Donald Trump et de Joe Biden, deux autres candidats quasi-inconnus se présentent également à l’élection présidentielle américaine : Jo Jorgensen, du parti libertarien, et Howie Hawkins, du parti vert. S'ils n'ont aucune chance de l'emporter, ils pourraient bien jouer les faiseurs de roi en cas de résultats serrés.

Non, Donald Trump et Joe Biden ne sont pas les deux seuls candidats à se présenter à l’élection présidentielle américaine. Dans l’ombre du président républicain et de son rival démocrate, deux quasi-inconnus se sont eux aussi lancés dans la course à la Maison-Blanche. Jo Jorgensen, la seule femme de cette présidentielle américaine, va défendre les couleurs du parti libertarien, tandis que Howie Hawkins a été désigné candidat par le parti vert (Green Party). Si tous deux ne sont crédités que de scores marginaux (entre 1 et 2% selon les sondages), ils pourraient bien jouer un vrai rôle en cas de résultats serrés. Europe 1 vous présente ces deux candidats méconnus.

Découvrez le podcast Mister President par Europe 1 Studio

La politique américaine vous passionne ? Vous vous demandez encore comment Donald Trump a-t-il pu être élu ? Découvrez "Mister President par Europe 1 Studio", le podcast d'Olivier Duhamel. De Truman à Obama, de Kennedy à Clinton en passant par les Bush, père et fils… le politologue vous raconte l'incroyable histoire des élections présidentielles américaines depuis 1948. 

>> Retrouvez les 12 épisodes sur notre site Europe1.fr,  sur Apple PodcastsGoogle PodcastsSoundCloud ou vos plateformes habituelles d’écoute.

Jo Jorgensen, du parti libertarien

Fondé au début des années 1970, le parti libertarien se pose en alternative aux partis démocrate et républicain. Jo Jorgensen, engagée de longue date en politique, a été désignée candidate par son parti, faisant d’elle la seule femme de cette élection présidentielle. Cette universitaire spécialisée en psychologie de 63 ans a adopté un programme fidèle à la ligne du parti libertarien, basée sur une réduction drastique du poids du gouvernement fédéral, le libre-échange et les libertés individuelles.

Elle souhaite également rapatrier une grande partie des troupes basées au Moyen-Orient et en Afghanistan et faire des États-Unis une "Suisse géante, armée et neutre", comme elle l’écrit sur son site internet. Autre proposition détonante dans le paysage politique américain : la décriminalisation de toutes les drogues au niveau fédéral.

Jo Jorgensen n’est créditée que de 1 à 2% selon les sondages, mais elle pourrait bien jouer un rôle d'arbitre dans certains États très disputés. L’ancienne colistière du candidat libertarien à la présidentielle de 1996 essaiera de faire mieux que son prédécesseur, Gary Johnson, qui avait recueilli 3,28% en 2016, le meilleur score de l’histoire du parti.

Howie Hawkins, du parti vert  

Howie Hawkins va lui défendre les couleurs du parti vert (Green party), qui présente un candidat à la présidentielle depuis 1996. Ce Californien de 67 ans, très tôt engagé en faveur de l’environnement et opposé à la guerre du Vietnam dans sa jeunesse, défend un programme très à gauche sur la scène politique américaine et réclame un "green new deal", avec l’objectif de passer à 100% d’énergie propre dans dix ans.

Howie Hawkins, qui s’est présenté à trois reprises au poste de gouverneur de New York, ne recueillant que des scores marginaux, pourrait tout de même jouer un rôle dans cette élection. S’il n’est lui aussi crédité que de 1 à 2% des votes, ses résultats seront particulièrement surveillés dans les États clés. Comme repéré par l’Obs, les républicains l’ont ainsi "aidé" à se présenter dans le Wisconsin, la Pennsylvanie ou encore le Montana, dans l’espoir de siphonner les voix du parti démocrate.

Le rôle du parti vert ne doit en effet pas être négligé. En 2000, leur candidat Ralph Nader avait recueilli 2,7% des voix, contribuant à faire perdre de justesse Al Gore face à George W. Bush, après un scrutin ultra serré et très controversé. Et si, 20 ans plus tard, l’histoire se répétait ?