Omicron : des vols spéciaux pour rapatrier en France les personnes bloquées au Maroc

Des vols spéciaux ont été mis en place d'urgence pour rapatrier en France les personnes bloquées au Maroc
Des vols spéciaux ont été mis en place d'urgence pour rapatrier en France les personnes bloquées au Maroc © ALAIN JOCARD / POOL / AFP
  • Copié
Europe 1 avec AFP
Des vols spéciaux ont été mis en place d'urgence pour rapatrier en France les personnes bloquées au Maroc, après la fermeture dimanche soir des frontières aériennes, en raison de la propagation rapide du nouveau variant Omicron. Ces vols sont opérationnels uniquement au départ du Maroc vers la France, a précisé une source diplomatique française.

Des vols spéciaux sont organisés pour rapatrier en France les personnes bloquées au Maroc après la fermeture dimanche soir des frontières aériennes en raison de la propagation rapide du nouveau variant Omicron du Covid-19, a-t-on appris lundi de source diplomatique française. "Ils sont soumis à autorisation" des autorités marocaines, a indiqué dans un tweet l'ambassadrice de France, Hélène Le Gal, invitant les personnes concernées à se rapprocher des compagnies Air France et Transavia. Ces vols sont opérationnels uniquement au départ du Maroc vers la France, a précisé une source diplomatique française.

Rabat a décidé le 25 novembre, avant l'apparition du variant Omicron, de suspendre les vols réguliers à destination et en provenance de France en raison de la recrudescence de l'épidémie de Covid-19 dans l'Hexagone. Cette décision est effective depuis dimanche minuit et ce "jusqu'à nouvel ordre".

Le transport maritime également suspendu

Le Maroc a également suspendu le transport maritime de passagers avec la France. Quelques ferries pourront toutefois assurer des liaisons "s'il y a une demande" et avec l'agrément des autorités marocaines, selon la source diplomatique. 

Cette suspension ne s'applique pas à la circulation de véhicules utilitaires destinés au transport de marchandises et de messagerie. Ces annonces surviennent "afin de préserver les acquis du Maroc dans la lutte contre la pandémie", selon le Comité interministériel de suivi de la pandémie.