Macron assume la "confrontation féconde" avec Merkel, "pour bâtir un compromis"

, modifié à
  • A
  • A
Emmanuel Macron et Angela Merkel sur le perron de l'Élysée.
Emmanuel Macron et Angela Merkel sur le perron de l'Élysée. © Ludovic MARIN / AFP
Partagez sur :
Plus tôt dans la journée, Angela Merkel a reconnu dans une interview à un journal allemand avoir une "relation conflictuelle" avec le président français.

Emmanuel Macron répond à Angela Merkel. Alors que la chancelière allemande a reconnu mercredi avoir une "relation conflictuelle" avec le président français, celui-ci lui a répondu, en début de soirée, en affirmant assumer la "confrontation féconde" avec la chancelière, afin de "bâtir un compromis". 

"Nous devons accepter des désaccords momentanés, de ne pas totalement être d'accord sur tout, pour construire un compromis avec l'Allemagne pour pouvoir avancer", a ajouté le chef de l'Etat au cours d'une conférence de presse à l'Elysée après la réunion de chefs d'États et de dirigeants de grandes entreprises du Net pour "l'appel de Christchurch".

"On a connu ça dans le passé" 

"Dans une relation, en particulier celle de la France et de l'Allemagne, quelles sont les options ? Il y a la confrontation stérile : on n'est pas d'accord et on n'arrive pas à aller au delà de nos désaccords. On a connu ça dans le passé et ça peut conduire au pire. Soit à l'impuissance, soit à la guerre", a-t-il expliqué. 

"Il y a un autre scénario : c'est l'entente stérile, c'est-à-dire qu'on veut tellement ne pas laisser dire qu'on puisse être en désaccord qu'on ne décide plus rien. Ça aussi, on l'a connu par le passé. On fait des conférences de presse inutiles et on laisse l'Europe s'endormir."

"Construire un compromis pour pouvoir avancer" 

"Je ne veux croire ni à la confrontation stérile ni à l'entente stérile, je crois à la confrontation féconde. C'est à dire : on propose, on teste le partenaire et on essaie ensemble de trouver un compromis", a-t-il poursuivi. Cette méthode a, selon lui, permis d'"arriver à l'accord de Meseberg" conclu entre Paris et Berlin en juin 2018 pour faire avancer l'Union européenne et, notamment, créer un budget de la zone euro.

Elle a aussi permis que l'Allemagne rejoigne, "il y a deux jours" le "plan ambitieux sur le climat" proposé par neuf pays, dont la France et les Pays-Bas au sommet européen informel de Sibiu (Roumanie) la semaine dernière. "Ce qui est attendu de la France en Europe, c'est de dire quelles sont ses ambitions et ensuite de construire un compromis avec l'Allemagne pour pouvoir avancer. C'est ça notre histoire, c'est le cœur de notre relation", a-t-il conclu.