Pendant l’été, les tournages de films se multiplient à Paris

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Les réalisateurs profitent des vacances et du départ des Parisiens pour investir les rues et certains immeubles de la capitale.
REPORTAGE

Le week-end du 15 août, la capitale tourne au ralenti… sauf pour le cinéma. Journées plus longues et ensoleillées, rues désertes, Paris est investi par les réalisateurs au plus fort de l’été.

"On a la possibilité d’investir des lieux publics et d’y projeter des espaces de fiction"

D'après les estimations de la Mission cinéma de Paris, près de 700 jours de tournages sont prévus au mois de juillet et août de cette année. Beaucoup de films, dits d’époque, sont accueillis.

Pour son film sur la Seconde Guerre mondiale, le réalisateur Gabriel Le Bomin tourne ainsi certaines séquences à l’intérieur de bâtiments historiques parisiens. Face à la caméra, Lambert Wilson incarne un Charles de Gaulle déterminé. Il fait chaud sous les costumes d’époque, mais selon le réalisateur, la saison est idéale pour filmer dans ces lieux, vidés de leurs occupants.

"On a la possibilité d’investir des lieux qui sont des lieux publics et d’y projeter des espaces de fiction. On a pu reconstituer au sein d’un hôtel particulier du 7ème arrondissement un autodafé à l’intérieur de la cour. On a eu le sentiment de travailler comme si nous étions chez nous", confie-t-il au micro d'Europe 1.

Moins de Parisiens

Mais pour d’autres réalisateurs, c’est toute une rue, ou un quartier qu’il faut replonger dans le passé. Michel Gomez, de la Mission cinéma de Paris, reçoit cet été beaucoup de demandes… parfois insolites.

"Cacher les passages piétons, masquer les feux rouges, habiller les rues avec des figurants, des voitures à chevaux. Il y a parfois des neutralisations de circulation et de stationnement un peu imposants, mais comme les Parisiens sont moins présents, c'est plus facile à mettre à place pendant ces périodes-là", indique Michel Gomez. La demande la plus folle qu'il a reçue cet été ? Mettre des chevaux au grand galop sur un pont, puis dans les rues du centre de Paris…

Europe 1
Par Caroline Baudry, édité par Guillaume Perrodeau