Les islamistes à la conquête des Rohingyas dans les camps de réfugiés

  • A
  • A
Des réfugiés rohingyas attendant de l'aide dans un camp. Photo d'illustration. 1:46
Des réfugiés rohingyas attendant de l'aide dans un camp. Photo d'illustration. © DOMINIQUE FAGET / AFP
Partagez sur :
A travers une aide alimentaire et des médicaments, les islamistes tentent de rallier les Rohingyas réfugiés à leur cause et disent vouloir importer le djihad en Birmanie.
REPORTAGE

Emmanuel Macron n'hésite pas à employer le terme de génocide pour évoquer les Rohingyas persécutés de Birmanie. Au moins 400.000 personnes de cette communauté musulmane se sont réfugiés au Bangladesh, à la frontière birmane. Dans ces camps de réfugiés, les islamistes sont à l'oeuvre. Pour tenter de recruter, ils sont les premiers à proposer leur aide.

Une approche par la charité. Dans les camps, les membres du Hefazat-e-Islam sont reconnaissables à leur barbe, leur tunique blanche et leur fierté d'avoir été les premiers à apporter de l'aide aux Rohingyas. Sur une parcelle boueuse, une cinquantaine d'hommes et de femmes attendent en rangs séparés le riz et les médicaments distribués par les fondamentalistes : "Ils distribuent de bons médicaments pur la fièvre et les migraines. Je ne connaissais pas ce groupe avant mais ils font vraiment du bon travail", explique un homme, puis c'est une femme qui témoigne : "On a entendu qu'ils apportaient de l'aide. Avant eux, nous n'avions rien alors nous sommes venus."

"Importer le djihad". A travers la charité, les islamistes diffusent leur message. Yannis Habib, le leader du mouvement dans la région le dit clairement. Selon lui, les Rohingyas doivent prendre les armes en masse à l'intérieur de la Birmanie au nom de l'islam : "Le gouvernement birman les traite moins bien que des animaux donc nous considérons qu'ils n'ont plus d'autre alternative que de se battre jusqu'à la mort. Ils ont besoin d'armement plus sophistiqué et je crois que s'ils peuvent se battre avec ardeur, ils pourront, si Dieu le veut, obtenir leurs droits, leur nationalité birmane et libérer leur Etat", ajoute l'homme. Le groupe islamiste a menacé la Birmanie "d'importer le djihad" sur ses terres.

Pour l'instant, le discours ne porte pas chez les réfugiés traumatisés, mais il nourrit la propagande du gouvernement birman.

Europe 1
Par Gwendoline Debono et A.D