Le marin sur le célèbre cliché du baiser de Times Square en 1945 est mort

  • A
  • A
© DR
Partagez sur :
Sur cette photo devenue culte, une jeune femme est embrassée - sans son consentement - par ce marin de l'US Navy fou de joie à l'annonce de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le marin embrassant avec fougue une femme à New York à l'annonce de la fin de la Seconde Guerre mondiale, un baiser immortalisé sur un cliché ayant fait le tour du monde, est mort à 95 ans, a annoncé sa famille à la presse américaine. 

Une chute fatale. George Mendonsa est décédé subitement après une chute dans la nuit de samedi à dimanche à Middletown, dans le nord-est du pays, où il vivait avec sa femme, a déclaré sa fille au quotidien local Providence Journal. Greta Zimmer Friedman, la femme au centre de cette photo passée à la postérité, est décédée en 2016 à l'âge de 92 ans. 

Il a fallu attendre 2012 et la publication d'un livre intitulé Le baiser du marin : le mystère derrière la photo qui a symbolisé la fin de la Seconde Guerre mondiale pour connaître l'identité des deux protagonistes. Ce baiser de Times Square, saisit par le photographe Alfred Eisenstaedt le 14 août 1945, jour de l'annonce de la capitulation du Japon, est devenu l'image icône de la fin du conflit. 

Un baiser imposé par le marin, sans consentement. Greta Zimmer Friedman, assistante dentaire alors âgée de 21 ans, est embrassée à pleine bouche par un marin de l'US Navy fou de joie sur la plus célèbre artère de Manhattan. Contrairement à ce que ce baiser avait laissé penser, le couple ne se connaissait pas avant cet instant entré dans toutes les mémoires. "Je ne suis pas sûre que c'était vraiment un baiser (…) c'était juste quelqu'un qui célébrait" la fin de la guerre, avait raconté en 2005 Greta Zimmer Friedman dans un entretien archivé par le Projet historique des vétérans.

"Ce n'était pas un moment romantique. C'était juste un événement pour célébrer la fin de la guerre", expliquait-elle, ajoutant que George Mendonsa n'avait pas dit un mot avant de se pencher vers elle. "Je n'ai pas choisi d'être embrassée. L'homme est simplement venu et m'a embrassée ou attrapée."