Le Congrès américain rejette une première objection à la victoire de Joe Biden

, modifié à
  • A
  • A
Congrès Etats-Unis
Le Vice-président Mike Pence préside la Chambre lors de la reprise d'une session conjointe du Congrès le 06 janvier 2021 à Washington. © WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Partagez sur :
Malgré plusieurs heures d'interruption en raison de l'intrusion de partisans de Donald Trump au Capitole, le Congrès a rejeté mercredi une première objection à la certification de la victoire de Joe Biden. Conformément à un processus ultra-codifié, les deux chambres, Sénat et Chambre des représentants, s'étaient séparées pour débattre de la question. 

Le Congrès américain a rejeté mercredi une première objection à la certification de la victoire de Joe Biden, quelques heures après l'intrusion violente de partisans pro-Trump au Capitole. Le Sénat a décidé, à une écrasante majorité de 93 voix contre 6, de ne pas donner suite aux objections d'élus républicains visant les résultats de l'élection présidentielle dans l'Etat de l'Arizona. Quelques minutes plus tard, la Chambre des représentants a à son tour écarté l'objection à 303 voix contre 121, franchissant un pas de plus vers la certification des résultats de l'élection présidentielle.

Une intrusion des partisans de Donald Trump

Conformément à un processus ultra-codifié, les deux chambres s'étaient séparées pour débattre de la question. Le Congrès a repris son processus de certification de la victoire du candidat démocrate après de longues heures d'interruption en raison de l'envahissement du capitole, temple de la démocratie américaine, par des partisans de Donald Trump. Les images prises de l'intérieur du majestueux bâtiment situé au coeur de la capitale fédérale américaine marqueront l'Histoire: élus portant des masques à gaz, agents de la police en civil arme au poing.

Face au chaos, des membres du gouvernement américain ont discuté de la possibilité d'écarter Donald Trump du pouvoir, ont rapporté mercredi soir plusieurs médias. Leurs échanges ont porté sur le 25ème amendement de la Constitution américaine, qui autorise le vice-président et une majorité du cabinet à déclarer le président "inapte" à exercer ses fonctions, selon les chaînes CNN, CBS et ABC, qui s'appuient sur des sources anonymes