Le cardinal Pell placé en détention après sa condamnation pour pédophilie en Australie

  • A
  • A
Le cardinal a été reconnu coupable d'un chef de pénétration sexuelle et de quatre chefs d'attentat à la pudeur contre deux enfants de chœur. © AFP
Partagez sur :

L'ancien numéro trois du Vatican, qui a été reconnu coupable de pédophilie, a été placé en détention mercredi.

Un tribunal australien a ordonné mercredi le placement en détention du cardinal George Pell, ancien numéro trois du Vatican, qui a été reconnu coupable de pédophilie. Le prélat de 77 ans, plus haut représentant de l'Eglise catholique condamné dans une affaire de pédophilie, est demeuré silencieux lors de l'audience de mercredi devant le Tribunal de Comté de Victoria, à Melbourne, dans le sud du pays. 

Après l'annonce de son placement en détention, l'ancien archevêque de Melbourne et Sydney s'est incliné devant le juge et a été emmené sans menotte à l'extérieur de la salle d'audience.

Reconnu coupable de faits survenus en 1996 et 1997. Le cardinal a été reconnu coupable le 11 décembre d'un chef de pénétration sexuelle et de quatre chefs d'attentat à la pudeur contre deux enfants de chœur alors âgés de 12 et 13 ans en 1996 et 1997 dans la sacristie de la cathédrale de Melbourne, dont Mgr Pell venait d'être nommé archevêque. Pour des raisons légales, ce verdict n'a pu être annoncé que mardi.

Sa peine connue le 13 mars. Ses avocats avaient obtenu que son placement en détention, qui aurait dû intervenir en décembre, soit différé car il devait subir d'urgence une double opération des genoux. Sa défense devait initialement demander à la cour d'appel une nouvelle libération sous caution dans l'attente de son procès en appel. Mais elle y a renoncé en indiquant qu'elle pensait "approprié qu'il attende de connaître sa peine". Une audience en ce sens est prévue le 13 mars.

"C'est un crime cruel et honteux". Peu auparavant, le juge Peter Kidd avait jugé "évidente" la faute de l'ex-secrétaire pour l'Economie du Saint-Siège. "C'est un crime cruel et honteux", a dit le magistrat. "Il a impliqué un abus de confiance. Il a profité de deux jeunes garçons vulnérables." "Ils avaient été confiés à l'Eglise", a-t-il rappelé.