La Floride traque "le tueur en série de Tampa"

, modifié à
  • A
  • A
Des images filmées par des caméras de surveillance montrent la silhouette d'un homme que les enquêteurs cherchent à identifier. © Capture d'écran CBS
Partagez sur :

En un mois, quatre personnes ont été tuées par balles dans le même quartier de cette ville. Les enquêteurs estiment que l'assassin pourrait être un riverain.

Que se passe-t-il à Seminole Heights, dans la banlieue nord de Tampa, en Floride ? Ces derniers jours, les rues de ce quartier ouvrier, bordées de petits pavillons et de palmiers, sont désertées par des habitants inquiets : mardi, une quatrième personne y a été tuée par balles, dans une zone de moins d'un kilomètre carré. La police a reconnu privilégier l'hypothèse que ces crimes, commis en l'espace d'un mois, soient probablement l'oeuvre du ou des même(s) auteur(s). La presse locale ne mâche, elle, pas ses mots, évoquant déjà "le tueur en série de Tampa".

Trois victimes en onze jours. Le 9 octobre, Benjamin Mitchell, étudiant et passionné de musique, est tué par balles alors qu'il patiente seul dans un arrêt de bus. Quatre jours plus tard, sur un terrain vague, la police découvre le corps de Monica Hoffa, une serveuse de 32 ans, également morte après avoir reçu plusieurs coups de feu. Le 19 octobre, c'est Anthony Naiboa, 20 ans, atteint d'une forme d'autisme et qui rentre à pieds chez lui après avoir pris le mauvais bus, qui est abattu sur un trottoir.

Les enquêteurs cherchent un lien entre les trois victimes, en vain. Seul point commun, rapporte le Washington Post : la ligne de bus numéro 9, qui relie l'université de Floride du sud au centre-ville de Tampa. Tous descendaient de ce bus ou l'attendaient, à la nuit tombée. La police modifie le tracé de la ligne et prévient les habitants de ne pas sortir seuls le soir. Dans les rues, le trafic se fait moins dense. "Maintenant nous ne nous asseyons plus sous le porche après le dîner. Si on sort, c'est derrière la maison", témoigne une habitante du quartier auprès de NBC. Le soir d'Halloween, les enfants sortent escortés par la police.

"Il vient de tuer Benjamin Mitchell". Les autorités diffusent aussi des images "suspectes" filmées par une caméra de surveillance à proximité du lieu du meurtre de Benjamin Mitchell. On y voit une silhouette en pantalon clair, portant une capuche et des chaussures sombres, qui marche les mains dans les poches avant de se mettre subitement à courir. "Je vois quatre raisons pour cela", analyse auprès de la presse le chef de la police de Tampa, Brian Dugan. "La première : il est en retard pour le dîner. La seconde : il est sorti pour faire du sport. La troisième : il vient d'entendre des coups de feu. La quatrième : il vient de tuer Benjamin Mitchell." 35.000 dollars (environ 30.000 euros) sont promis à quiconque détient des informations sur les meurtres.

Deux semaines passent dans un quartier désormais quadrillé par la police. Mardi, lorsque des coups de feu sont entendus aux alentours de 5 heures du matin près de Nebraska Avenue, l'artère la plus passante de la zone, les forces de l'ordre ne mettent "quelques secondes" à se rendre sur les lieux, selon le Daily Mail. Sur place, ils découvrent le corps de Ronald Felton, 60 ans, tué de plusieurs balles dans le dos. Mais aucune trace d'un tireur. Plusieurs témoins affirment avoir vu un homme noir "au teint clair, d'environ 1,80 m, mince et habillé tout en noir avec une casquette de baseball" quitter les lieux en courant.

Un mode opératoire inhabituel. "Je sais que la question va être : ce meurtre est-il relié aux autres crimes de Seminole Heights ? Jusqu'à ce que l'on puisse prouver le contraire, nous le traitons comme tel", affirme Brian Dugan. Les enquêteurs privilégient désormais la piste d'un criminel résidant dans le quartier, qui aurait pu se réfugier chez lui après avoir abattu sa dernière victime.

Depuis mardi, la police vérifie ainsi toutes les armes détenues par les habitants de la zone des meurtres. Elle cherche aussi à comprendre pourquoi le tireur a recours à ce mode opératoir, inhabituel pour un tueur en série. "Beaucoup préfèrent utiliser un couteau ou étrangler leurs victimes, recherchant une forme d''intimité'", souligne Bryanna Fox, professeur de criminologie interrogée par NBC. La récompense pour toute information utile à l'enquête est désormais fixée à 41.000 dollars (environ 35.000 euros).