La Corée du Nord tire deux "projectiles non identifiés" suite aux manœuvres militaires américaines

  • A
  • A
Donald Trump a annoncé avoir reçu une "superbe lettre" du chef d'Etat nord-coréen, Kim Jong Un, peu avant le lancement des projectiles.
Donald Trump a annoncé avoir reçu une "superbe lettre" du chef d'Etat nord-coréen, Kim Jong Un, peu avant le lancement des projectiles. © Brendan Smialowski / AFP
Partagez sur :
La Corée du Nord a tiré deux "projectiles non identifiés", samedi, depuis la ville de Hamhung, dans le nord-est de la Corée du Nord, en direction de la mer du Japon. Depuis moins de deux semaines, les séries de tirs se sont intensifiées, alimentant les tensions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord.

La Corée du Nord a tiré deux "projectiles non identifiés" samedi, a annoncé l'agence sud-coréenne Yonhap, alors que des exercices militaires américano-sud-coréens dénoncés par Pyongyang et critiqués par Donald Trump ont démarré lundi.

Ces nouveaux "projectiles" ont été lancés depuis les environs de la ville de Hamhung, dans le nord-est de la Corée du Nord, en direction de la mer du Japon, a indiqué Yonhap. "L'armée surveille la situation pour le cas où d'autres lancements auraient lieu et se tient prête", a fait savoir l'état-major sud-coréen cité par l'agence.

Un obstacle à la reprise des discussions avec les Etats-Unis 

Il s'agit de la cinquième série de tirs en moins de deux semaines par la Corée du Nord. Elle est survenue quelques heures après que le président américain Donald Trump eut affirmé avoir reçu une "superbe lettre" du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, lui présentant les récents tirs comme des représailles aux exercices militaires annuels américano-sud-coréens.

Ces exercices sont considérés par le Nord comme une préparation pour une éventuelle invasion de son territoire et comme un obstacle à la reprise annoncée des discussions avec les Etats-Unis sur la dénucléarisation du pays reclus. "Il n'était pas content au sujet des manœuvres militaires", a rapporté le président américain. "Vous savez que je ne les ai jamais aimées non plus", a-t-il ajouté, insistant une fois de plus sur sa bonne entente personnelle avec Kim Jong Un, qu'il a rencontré à trois reprises depuis juin 2018.