Journaliste saoudien disparu : Londres menace Ryad de "conséquences"

, modifié à
  • A
  • A
"Si ces allégations sont vraies, il y aura de graves conséquences", a prévenu jeudi Jeremy Hunt. Image d'illustration. © DON EMMERT / AFP
Partagez sur :

Jamal Khashoggi n'a plus donné de signe de vie depuis son entrée le 2 octobre au consulat de son pays à Istanbul.

Le ministre des Affaires étrangères britannique a prévenu jeudi les autorités saoudiennes qu'elles s'exposaient à de "graves conséquences" en cas de responsabilité dans la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. L'éditorialiste critique du pouvoir de Ryad et collaborateur du Washington Post n'a plus donné de signe de vie depuis son entrée le 2 octobre au consulat de son pays à Istanbul, où il s'était rendu pour obtenir un document en vue de son mariage avec une Turque.

"Où est M. Khashoggi ?" Des responsables turcs ont affirmé samedi que, selon les premiers éléments de l'enquête, Jamal Khashoggi a été assassiné à l'intérieur du consulat. "Si ces allégations sont vraies, il y aura de graves conséquences car notre amitié et nos partenariats sont fondés sur des valeurs communes", a déclaré Jeremy Hunt.

"Si les Saoudiens veulent parvenir à une conclusion satisfaisante (dans cette affaire), nous devons trouver M. Khashoggi. Ils disent que ces accusations ne sont pas vraies, alors où est M. Khashoggi ?", a poursuivi le ministre.

"Un sujet très très grave". Ankara affirme que Jamal Khashoggi n'est jamais ressorti du bâtiment, mais Ryad assure le contraire. "Nous sommes extrêmement inquiets", a déclaré Jeremy Hunt, expliquant avoir transmis sa "vive préoccupation" à l'ambassadeur saoudien à Londres et au ministre des Affaires étrangères saoudien. "Les gens qui se considèrent comme les amis de longue date de l'Arabie saoudite estiment qu'il s'agit d'un sujet très très grave", a-t-il déclaré, faisant notamment référence aux Etats-Unis qui ont demandé des explications à Ryad.

Trump aussi exprime son inquiétude. Le président américain a déclaré mercredi s'être entretenu "au plus haut niveau" avec les Saoudiens, et ce "plus d'une fois", au sujet du journaliste. "Nous sommes très déçus de voir ce qui se passe. Nous n'aimons pas ça" et "nous voulons savoir ce qui se passe là-bas", a assuré Donald Trump.

Tombé dans un piège ? Selon le Washington Post, les services de renseignement américains avaient connaissance d'un projet saoudien, impliquant le prince héritier Mohammed Ben Salmane, consistant à attirer le journaliste de 59 ans dans un piège pour l'arrêter. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a averti jeudi que son pays ne resterait pas silencieux au sujet de cette disparition.

Des responsables turcs démentent l'implication d'enquêteurs américains.

Des sources diplomatiques turques ont démenti auprès de l'agence étatique Anadolu que des enquêteurs américains soient impliqués dans l'enquête sur la disparition de Jamal Khashoggi.

"Il n'est pas vrai que les Etats-Unis ont nommé des enquêteurs pour l'affaire Khashoggi", ont déclaré ces sources, citées par Anadolu. Évoquant l'affaire du journaliste, le président américain Donald Trump avait déclaré peu avant : "Nous avons des enquêteurs là-bas, et nous travaillons avec la Turquie et franchement nous travaillons avec l'Arabie saoudite".