Faux cils venant de Corée du Nord : la marque américaine ELF paye un million de dollars de pénalités

  • A
  • A
faux cils crédit : BRYAN BEDDER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP - 1280
Les faux cils chinois importés par la firme californienne ELF contenaient 80% de produits nord-coréens. © BRYAN BEDDER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :
La marque californienne de produits cosmétiques à bas coût a accepté de payer un million de dollars de pénalités au Trésor américain pour avoir importé, à son insu, des faux cils chinois dont 80% des matériaux provenaient de Corée du Nord.

La firme californienne de produits cosmétiques ELF a importé à son insu des faux cils contenant des composants provenant en grande partie de Corée du Nord, a annoncé le Trésor américain. Or ce pays est sous le coup de sanctions économiques de l'ONU.

Des faux cils chinois mais avec des produits nord-coréens. ELF a accepté de payer un million de dollars (soit plus de 870 millions d'euros) de pénalités pour échapper à des poursuites en justice, jurant, mais un peu tard, qu'on ne l'y reprendrait plus. Selon un communiqué du Trésor, la société basée à Oakland, en Californie, a importé entre 2012 et 2017 quelque 156 lots de faux cils achetés à deux fournisseurs chinois. Mais elle n'avait jamais pris soin de vérifier l'origine exacte de ces produits, dont "approximativement 80% contenaient des matériaux provenant de République populaire démocratique de Corée".

Une sanction plus clémente. Il aura fallu un audit interne en 2017 pour qu'ELF découvre l'anomalie et que l'entreprise se dénonce aux autorités américaines. Elle risquait plus de 40 millions de dollars (soit environ 35 millions d'euros) de pénalités mais le Trésor a tenu compte de diverses circonstances atténuantes, en particulier le faible montant concerné et le fait qu'ELF a spontanément signalé cette violation des sanctions commerciales imposées à Pyongyang en réponse à ses programmes nucléaire et balistique.

Le Trésor américain a rappelé "les risques encourus par les sociétés qui ne contrôlent pas l'intégralité de leur chaîne de fournisseurs étrangers, particulièrement dans une zone où la Corée du Nord, tout comme d'autres pays ou régions faisant l'objet de sanctions, sont réputés exporter des biens".