Etats-Unis : "On ne reviendra pas au bon vieux temps de la relation transatlantique", prévient Le Drian

, modifié à
  • A
  • A
1:58
© EUROPE 1
Partagez sur :
Quelle que soit l'issue de la très incertaine élection présidentielle américaine - victoire de Joe Biden ou celle, moins probable, de Donald Trump -, les relations ne seront plus les mêmes entre les Etats-Unis et l'Union européenne, a affirmé jeudi matin sur Europe 1 Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères. 
INTERVIEW

La présidentielle américaine n’a toujours pas rendu son verdict jeudi matin, même s’il semble que Joe Biden soit en mesure de l’emporter face à Donald Trump. Mais le président américain sortant ne désarme pas et multiplie les recours juridiques pour tenter d’arracher la victoire. Une situation de tension que tous les observateurs craignaient avant le scrutin, et qui suscitent encore l’inquiétude. Mais quelle que soit l’issue, il y aura un avant et un après la présidence de Donald Trump. "On ne reviendra pas au statu quo ante, à un espèce de bon vieux temps de la relation transatlantique", a prévenu le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian, qui a réservé sa première réaction à la situation américaine à Europe 1 jeudi matin. "Le monde a bougé depuis quatre ans", a-t-il insisté.

"Ce qui a bougé, c’est le fait que l’Europe a affirmé sa souveraineté depuis quatre ans. Dans le domaine sécuritaire, dans le domaine de la défense, dans le domaine de son autonomie stratégique", a détaillé Jean-Yves Le Drian, développant le thème d'une Union européenne plus forte. "Depuis quatre ans, l’Europe s’est dotée d’un fonds européen de défense, d’une relation de défense beaucoup plus forte. Depuis quatre ans, l’Europe a affirmé sa volonté de faire en sorte qu’elle ait sur son propre territoire des champions économiques. Elle a manifesté sa volonté d’avoir une régulation numérique qui lui permette d’avoir de l’autonomie. Depuis quatre ans, l’Europe est sortie de sa naïveté, et commence à s’affirmer comme puissance."

PODCAST - (Ré)écoutez Mister President

Le politologue Olivier Duhamel vous raconte l'incroyable histoire des élections présidentielles américaines depuis 1948, de Truman à Obama, de Kennedy à Clinton en passant par les Bush, père et fils… 

>>> Retrouvez les 12 épisodes sur notre site Europe1.fr,  sur Apple PodcastsGoogle PodcastsSoundCloud ou vos plateformes habituelles d’écoute.

"Il nous fera reconstruire désormais une nouvelle relation transatlantique"

Jean-Yves Le Drian laisse tout de même entendre que la présidence Trump, si elle s'achève, aura laissé des traces. "Il nous faudra reconstruire désormais une nouvelle relation transatlantique, qui soit un nouveau partenariat", a-t-il affirmé.  "Nous avons avec les Etats-Unis une longue histoire, des valeurs communes, des victoires communes, des combats communs. Il faut les poursuivre, même si nous avons eu depuis quatre ans des divergences majeures. Ça n’empêche que dans la lute contre le terrorisme, nous sommes ensemble, sur l’état de droit nos sommes ensemble."

Diplomatie oblige, et même si sa préférence peut se sentir parfois, le ministre des Affaires étrangères a refusé d'exprimer son avis entre Joe Biden et Donald Trump. "Nous n’avons pas à prendre position pour l’un ou pour l’autre. Le choix d’un président revient aux Américains. Il faudra ensuite que nous travaillions avec la personnalité élue et avec le nouveau gouvernement américain, quoi qu’il arrive", a conclu Jean-Yves Le Drian.