ENQUETE - "Beaucoup de mes amis disent que ce n’était pas si terrible en RDA" : en Allemagne, l’échec du devoir de mémoire

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Trente ans après la chute du Mur de Berlin, le 9 novembre 1989, en Allemagne, le sujet embarrasse encore largement la population. Et le réflexe est plus à la relativisation de ce que fût le régime totalitaire d’Allemagne de l’Est qu’au devoir de mémoire objectif.
ENQUÊTE

Samedi, l’Allemagne célèbre la chute du Mur de Berlin, 30 ans après. Mais contrairement à la grande cérémonie officielle organisée il y a dix ans avec de nombreux chefs d’Etat, les organisateurs ont cette fois voulu rapprocher cette mémoire du peuple. Car le constat est terrible. En Allemagne, la transmission de la mémoire, sur cette période, a échoué.

Cet automne, des sondages assez stupéfiants ont ainsi été publiés. Par exemple, 78% des Allemands de l’Est disent que l’arbitraire de l’Etat est aujourd’hui plus important qu’à l’époque du régime communiste, comme s’ils avaient oublié la réalité de la vie à l’époque, sous le contrôle permanent de la Stasi, la fameuse police politique, sans élections libres, sans même avoir le droit de voyager ou de choisir son métier.  Aujourd’hui, un lycéen sur deux seulement sait que la RDA était une dictature.

"Ils n’ont rien fait à l’époque"

Exemple avec des adolescents rencontrés après leur visite d’une prison de la Stasi. "La date de la construction du Mur, ou quand il est tombé, je n’en avais aucune d’idée", admet ainsi une adolescente. "Beaucoup de mes amis disent que ce n’était pas si terrible en RDA", embraye un camarade. "Ils disent qu’il y a eu un mur mais pas la Stasi, l’oppression politique, qu’on pouvait entrer et sortir comme on voulait. Ils racontent ça parce que c’est ce que leur disent leurs parents. Et les profs peuvent nous dire ce qu’ils veulent, ils ne les croient pas."

Cela pose le problème de l’enseignement de cette période. D’une manière générale, c’est un thème qui est survolé dans les programmes scolaires. On parle de la chute du Mur, de la réunification, mais pas des raisons de la contestation et des motivations des opposants au régime, comme Reinhard Weißhuhn. "A l’Ouest, on ne le fait pas parce que l’Est, ça n’intéresse personne là-bas. Et ça n’a jamais été le cas", peste ce sexagénaire. "Et à l’Est, on ne le fait pas non plus parce que la majorité des gens ne veulent pas entendre cette réalité. Ça leur confronterait à leur propre conscience de parents, d’enseignants. Car ils n’ont rien fait à l’époque", pointe-t-il.  

L’extrême droite en profite

Une omerta qui rappelle celle qui a suivi la Seconde guerre mondiale... Le souci, c’est que si les opposants ou les victimes du régime sont toujours prêts à prendre la parole, ce sont tous des inconnus. Il n’y a pas de Lech Walesa ou de Vaclav Havel allemand. C’est un mouvement sans visage, sans porte-drapeau et aussi sans gardien du temple pour défendre la réalité historique.

Et du coup, tout cela profite à l’extrême droite, qui a complétement récupéré cette mémoire. Toute la stratégie du parti AFD à l’Est consiste notamment à se présenter comme l’héritier de l’esprit de 1989. Exemple lors d’un récente meeting : "Comme autrefois, aujourd’hui, des citoyens insubordonnés descendent dans la rue pour réclamer leurs droits", lançait la dirigeant du parti extrémiste", Alexander Gauland. "Et de nouveau, ils sont pourchassés par les hommes du régime, diffamés dans les médias et dénoncés sur leur lieu de travail". Et même le slogan de 1989, le fameux "Wir sind das Volk" ("Nous sommes le peuple"), est désormais le cri des meetings de l’extrême droite allemande.

Europe 1
Par Helène Kohl, édité par Rémi Duchemin